•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ben Weider n'est plus

Ben Weider
Ben Weider Photo: La Presse canadienne / Jacques Brinon

Le Montréalais Ben Weider est décédé à Montréal vendredi.

Figure emblématique du culturisme et passionné de Napoléon Bonaparte, Ben Weider s'est éteint à l'Hôpital général juif de Montréal vendredi. Il était âgé de 84 ans.

Né à Saint-Lin, dans les Laurentides, Weider avait fondé la Fédération internationale de culturisme dans les années 1940, en compagnie de son frère Joe.

Les deux frères avaient aussi lancé une gamme d'équipements et de produits liés au culturisme.

Un esprit sain dans un corps sain

Toute sa vie, Weider a travaillé à la mise en place de programmes de culture physique partout dans le monde. Il a d'ailleurs fait don de gymnases modernes avec des équipements et des appareils de haute technologie.

« Visionnaire, il l'a été par le rôle qu'il a joué dans la promotion du culturisme. Il a constamment recherché un retour à l'humanisme gréco-romain, qui a toujours associé la santé du corps à celle de l'esprit », avait déclaré le premier ministre Lucien Bouchard en le nommant chevalier de l'Ordre du Québec.

M. Weider avait été intronisé au Panthéon des sports du Québec à titre de bâtisseur en 1996.

Weider était aussi membre de l'Ordre du Canada (1975 et 2007). Sa réputation a aussi franchi l'Atlantique. En 2000, la France l'avait décoré de la Légion d'honneur.

L'histoire napoléonienne

Les dernières années de sa vie, Weider s'est concentré sur l'histoire de Napoléon 1er. Il avait publié, en compagnie de l'auteur suédois Sten Forshufvud, un livre visant à démontrer que Napoléon Bonaparte avait été empoisonné lors de son exil.

Pour appuyer ses écrits, Weider avait dépensé une fortune en études de laboratoire pour prouver cette hypothèse. Il a aussi fondé la Société napoléonienne internationale.

L'homme d'affaires collectionnait des objets reliés à l'empereur. Il avait d'ailleurs décidé de remettre une grande partie de sa collection au Musée des Beaux-Arts de Montréal. La salle accueillant ces objets de collection devait être inaugurée jeudi prochain.

Le mécène s'impliquait aussi beaucoup dans le milieu montréalais. Il a en outre contribué financièrement aux travaux de rénovation de la cathédrale Marie-Reine-du-monde.