•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Accès au crédit facilité

Le ministre des Finances, Jim Flaherty

Le ministre des Finances, Jim Flaherty

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2008 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le ministre des Finances du Canada, Jim Flaherty, annonce le rachat de prêts hypothécaires pour 25 milliards de dollars aux banques. Les institutions bancaires réagissent en abaissant leur taux préférentiel.

M. Flaherty a annoncé que la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL) achètera jusqu'à 25 milliards de dollars de blocs de prêts hypothécaires aux banques canadiennes. Le ministre a fait cette annonce avant de participer à la réunion des ministres des Finances du G7 à Washington.

Le grand argentier canadien croit que cette mesure permettra aux institutions financières canadiennes de se procurer des fonds à long terme. En effet, cette mesure permettra aux banques de sortir une partie des prêts hypothécaires déjà émis de leur bilan, puisqu'ils passeront dans les comptes du gouvernement. Le ministre espère que les banques mettront les fonds ainsi libérés à la disposition des particuliers et des entreprises.

Le ministre ajoute que ce rachat n'entraînera aucun coût budgétaire additionnel, « puisque le gouvernement en tirera un taux de rendement bien supérieur à son propre coût d'emprunt ».

La SCHL assure déjà des prêts hypothécaires de particuliers admissibles. Cette mesure n'entraîne donc aucun risque additionnel pour les contribuables, a assuré le ministre. Un document d'information du ministère montre aussi que le taux de défaut de paiement de plus de 90 jours sur les prêts hypothécaires reste stable, à 0,3 %.

Réaction des banques canadiennes

Le taux préférentiel influence directement le taux des marges de crédit personnelles par exemple et les taux des prêts hypothécaires variable donnant ainsi un répit aux ménages.

La Banque TD et la Scotia annoncent qu'elles abaissent respectivement de 15 points de base et de 25 points de base leur taux préférentiel.

Les banques transmettent donc aux ménages la totalité et dans certains cas, la presque totalité de la baisse de 0,5 % de point de poucentage annoncée cette semaine par la Banque du Canada.

Le jour même de cette annonce par la Banque du Canada, les banques canadiennes avaient refusé de transmettre la totalité de cette baisse de taux à leurs clients parce que leurs coûts pour se financer sur les marchés avaient augmenté avec la crise du crédit.

Jim Flaherty se fait rassurant

Dans la foulée, le ministre des Finances a repris le message énoncé par son chef, Stephen Harper. Il a affirmé que « les banques et autres institutions financières sont solides et bien capitalisées et qu'elles utilisent moins l'effet de levier ».

Notre système hypothécaire est solide et les ménages canadiens ont des hypothèques plus modestes que les ménages américains, que ce soit par rapport à la valeur des maisons ou par rapport au revenu disponible.

Une citation de :Jim Flaherty, ministre des Finances

M. Flaherty estime toutefois que les déboires financiers des autres pays commencent à peser sur la disponibilité de crédit hypothécaire et d'autres formes de crédit au Canada.

L'avis de la Banque du Canada

Dans un discours prononcé le mois dernier, le gouverneur de la Banque du Canada notait toutefois que les banques « pourraient même relever quelque peu leur niveau d'endettement en augmentant la part de leurs prêts par rapport au niveau actuel de leurs fonds propres ».

La situation financière plus enviable des banques canadiennes leur permet actuellement d'emprunter à des taux très inférieurs à ceux de bon nombre de leurs homologues étrangères.[[citation auteur="Mark Carney, gouverneur de la Banque du Canada" ]]

En outre, la Banque du Canada a abaissé son taux de financement à un jour, qui influe sur les taux que les banques offrent ensuite à leurs clients. Elle a aussi injecté plusieurs milliards de liquidités pour les banques canadiennes.

Une première vague de rachat doit avoir lieu le 16 octobre. Elle devrait être d'un montant maximal de 5 milliards de dollars. Le gouvernement publiera le calendrier des achats qui seront effectués au cours des prochaines semaines.

En entrevue à CBC, vendredi matin, le chef libéral Stéphane Dion a dit qu'il était d'accord avec cette mesure.

Le marché hypothécaire canadien en bref

  • 67,1% des ménages canadiens sont propriétaires de leur logement
  • Entre 1999 et 2005, l'endettement total des ménages canadiens a augmenté de 47,5%
  • En 2005, la valeur médiane des hypothèques sur la résidence principale était de 90 000 $
  • L'encours des prêts hypothécaires à l'habitation au Canada était de 623 milliards de dollars en 2005
  • Les bénéfices non répartis (le « surplus de la SCHL ») pourraient atteindre plus de 9 milliards de dollars en 2010

Source: Service d'information et de recherche parlementaires de la bibliothèque du Parlement

Avec les informations de La Presse canadienne

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.