•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rencontre avec Ecclestone

Gérald Tremblay
Gérald Tremblay Photo: La Presse canadienne / Paul Chiasson

Les trois paliers de gouvernement ont convenu de rencontrer Bernie Ecclestone dans les meilleurs délais.

« Ce n'est pas impossible ».

Ces mots de Bernie Ecclestone ont convaincu les trois paliers de gouvernement de faire front commun pour ramener la F1 à Montréal en 2009.

Le maire de Montréal, Gérald Tremblay, s'est présenté devant un parterre rempli de médias, jeudi, aux côtés du ministre provincial du Développement économique, Raymond Bachand, et du ministre fédéral du Commerce international, Michael Fortier.

Ensemble, ils ont convenu de rencontrer le grand argentier de la F1, Bernie Ecclestone, dans les meilleurs délais.

M. Fortier a parlé à Ecclestone mercredi et jeudi en matinée. Il a senti ce qu'il a appelé une « lueur d'espoir » qui a convaincu le triumvirat de se lancer dans ce sauvetage du GP du Canada.

« C'est un événement que l'on ne veut pas perdre et que l'on ne perdra pas », a-t-il dit.

Chacun des trois intervenants a mentionné l'importance économique de l'événement, le plus important en terme de tourisme au pays.

« La retombée sociale est aussi d'avoir de l'argent dans nos coffres », a ensuite répondu le ministre Bachand à ceux qui critiquaient l'usage de deniers publics pour sauver un événement sportif.

Gérer avec l'équipe en place

Le maire Tremblay a confirmé d'entrée de jeu que le promoteur Normand Legault se retirait définitivement du dossier. Il a aussi avancé les montants de « 10 à 20 millions » pour chiffrer le différend commercial entre GPF1 et M. Ecclestone.

Pour l'instant, les trois paliers n'ont aucune idée du montant qu'ils devront investir pour ravoir le GP.

« Il faut mieux comprendre l'économique, le juridique, l'administratif pour prendre une décision responsable financièrement. »

Le ministre Bachand a explicité la réponse: « Il n'est pas rare qu'un événement soit géré par un entrepreneur et que l'État apporte subvention et contribution à une équipe déjà en place. »

D'ailleurs, le maire Tremblay se promet de travailler dès que possible avec l'équipe de Normand Legault (sans M. Legault), « compétente pour gérer un GP ».