•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'habit fait le policier?

Des policiers en jeans
Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2008 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Ville de Montréal demande au Conseil des services essentiels de forcer ses policiers à revêtir l'uniforme réglementaire.

La ville de Montréal et ses policiers continueront de s'affronter jeudi devant le Conseil des services essentiels au sujet de la tenue vestimentaire des policiers en service.

Sans contrat de travail depuis près de deux ans, les membres de la fraternité des policiers du SPVM ont décidé d'intensifier leurs moyens de pression. Après avoir adopté le port de la casquette rouge et du jean depuis le mois de juillet, les policiers ont maintenant troqué le jean pour le pantalon de camouflage.

Le chef du service de police Yvan Delorme croit que le port d'un tel pantalon par les policiers pourrait mener à des dérapages lors de situations périlleuses comme une émeute.

La Ville avance que ces moyens de pression sont susceptibles de compromettre le service auquel la population a droit. Dans l'éventualité d'une impasse, le Conseil des services essentiels tiendra une audience publique et il devra déterminer si les moyens de pression sont de nature à entacher le service à la population.

La fraternité des policiers tente de faire pression sur la Ville pour obtenir l'arbitrage du ministère du Travail. La question salariale est au coeur du litige. Les policiers estiment qu'ils devraient être mieux rémunérés en raison des nombreux défis et dangers qu'ils affrontent quotidiennement.

Les pompiers de Montréal sont également sans contrat de travail.

Avec les informations de La Presse canadienne

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.