•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Voici la Martialis heureka

Martialis heureka

Le seul spécimen connu de la fourmi Martialis heureka fut découvert en 2003.

Photo : Université du Texas à Austin

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2008 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Une espèce de fourmi inconnue jusqu'à aujourd'hui appartenant à la plus ancienne lignée de ces insectes est découverte en Amazonie.

Une nouvelle espèce de fourmis vient d'être identifiée en Amazonie.

Selon le Dr Christian Rabeling, biologiste de l'Université du Texas qui a découvert le premier spécimen en 2003, cette espèce appartient à la plus ancienne lignée de ces insectes et remonte à plus de 120 millions d'années.

Les chercheurs estiment que cette découverte est importante en termes d'évolution puisqu'elle révèle une variété d'espèces de fourmis vivant encore dissimulées dans le sol de la forêt vierge.

« À partir de nos données de fossiles, on suppose que l'ancêtre de cette fourmi devait ressembler à une sorte de guêpe, peut-être similaire à la guêpe-fourmi primitive Sphecomyrma, aujourd'hui éteinte, retrouvée dans de l'ambre fossilisé datant du crétacé (145,5 à 65,5 millions d'années). »

— Une citation de  Dr Christian Rabeling

À l'heure actuelle, la Sphecomyrma est considérée comme étant le lien manquant dans l'évolution entre les guêpes et les fourmis.

La nouvelle fourmi a été baptisée Martialis heureka, ou « fourmi de Mars », parce qu'elle combine des caractéristiques jamais observées auparavant, surtout parce qu'elle vit dans le sol.

Mesurant de deux à trois millimètres, elle n'a pas d'oeil, et est donc aveugle. Pâle, elle est dotée de larges mandibules qui lui permettent de saisir ses proies.

Il s'agit de la première découverte depuis 1923 d'un nouveau sous-groupe de famille de fourmis ayant des spécimens vivants. D'autres sous-groupes ont été découverts, mais à partir de fossiles.

C'est l'analyse de l'ADN des pattes de Martialis heureka qui a permis de confirmer sa position à la base même de l'arbre phylétique de l'évolution de ces insectes.

Le détail de cette découverte est publié dans les Annales de l'académie américaine des sciences (PNAS).

Le Dr Christian Rabeling a récupéré le seul spécimen connu de la fourmi Martialis heureka en 2003, dans un collecteur de feuilles mortes à Manaus, une ville au coeur de l'Amazone.

Avec les informations de Agence France-Presse

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.