ICI Radio-Canada

Vous naviguez sur le nouveau site

Aide à la navigation
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une brise conservatrice

Radio-Canada

Un sondage pancanadien donne l'avantage aux conservateurs au moment où Stephen Harper s'apprête à déclencher des élections. Un second sondage mené au Québec les place à égalité avec le Bloc québécois.

Deux sondages pré-électoraux placent les conservateurs en position favorable autant au Québec qu'au Canada.

Alors que le premier ministre Stephen Harper s'apprête à rencontrer dimanche la gouverneure générale Michaëlle Jean pour lui demander de dissoudre le Parlement, un sondage Environics effectué pour Radio-Canada et CBC révèle que les conservateurs l'emporteraient avec 38 % des voix si le scrutin avait lieu maintenant.

Le Parti libéral arriverait au deuxième rang, avec 28 % des intentions de vote, suivi du Nouveau Parti démocratique qui recueille 19 % de la faveur populaire. Les proportions de répondants qui choisissent le Bloc québécois et le Parti vert sont respectivement de 8 % et de 7 %. La firme fournit ces résultats après répartition des indécis.

Tableau

Au Québec, le Bloc québécois mène le bal avec 34 % de la faveur populaire, suivi par les conservateurs (23 %) et les libéraux (22 %). Le Nouveau Parti démocratique recueille 16 % des intentions de vote. Le Parti vert ne fait pas mieux sur la scène provinciale que sur la scène nationale, avec 6 % des voix.

Un sondage Léger-Marketing mené pour les quotidiens Le Devoir et The Globe and Mail au Québec donne cependant un autre son de cloche. Les conservateurs et les bloquistes sont ainsi à égalité avec 30 % des intentions de vote. Le PLC obtient 23 %, le NPD 11 % et les verts 5 %.

Les conservateurs rafleraient la moitié des voix à Québec, éclipsant le Bloc qui y recueillerait au mieux 20 % des voix. Stephen Harper mettra d'ailleurs cette avance à profit en y lançant, dimanche, sa campagne électorale.

Dans la grande région montréalaise, une lutte à trois se dessine tandis qu'ailleurs dans la province, bloquistes et conservateurs se disputent les majorités.

Malmenés au Québec, les libéraux auront cependant les yeux rivés sur l'Ontario. Selon Environics, les conservateurs y ont en effet plusieurs points d'avance. Ils obtiennent 43 % des voix, contre 34 % pour les troupes de Stéphane Dion. Le NPD obtient 16 % des intentions de votes des Ontariens.

Le meilleur premier ministre

Le sondage Environics a aussi demandé aux Canadiens de citer le chef qui ferait le meilleur premier ministre. Sans conteste, Stephen Harper remporte la palme puisqu'il est le choix de 39 % des répondants. Jack Layton arrive au second rang avec 15 % des intentions de vote. 14 % des Canadiens pensent qu'aucun chef actuel de parti n'est le meilleur pour diriger les destinées du Canada. Stéphane Dion ne récolte que 13 % de la faveur populaire.

Enjeux électoraux

Par ailleurs, ce même sondage a interrogé les Canadiens sur diverses questions. Appelé à dire quel parti est le plus apte à résoudre les problèmes du système de santé, l'électorat pense que conservateurs et libéraux sont tout aussi aptes l'un que l'autre, avec chacun 25 % des voix des répondants. Toutefois, là où le Parti libéral du Canada perd des points, c'est sur la question de confiance. À la question de savoir quel parti formerait un gouvernement honnête, le Parti conservateur monte à 27 % tandis que les libéraux reculent à 14 %. Entre les deux, le NPD obtient 19 % de la confiance des répondants.

Pour s'occuper des questions d'économie et de crime, le Parti conservateur a encore la faveur des Canadiens, avec 41 % du vote de confiance. Sur ces deux questions, le Parti libéral récolte respectivement 28 % pour la première et 23 % pour la seconde.

Sur la question afghane, les Canadiens font plus confiance aux conservateurs (36 %) qu'aux libéraux (26 %) pour s'en occuper.

Enfin, les Canadiens font également confiance aux grands partis ainsi qu'au Parti vert pour régler les questions environnementales telles que le réchauffement climatique. Chacun des cinq partis fédéraux reçoit respectivement 20 % des appuis en ce qui a trait à leur capacité à faire avancer les dossiers environnementaux.

Données sur les sondages

Le sondage de la firme Environics a été effectué du 29 août au 2 septembre dernier. 2505 Canadiens de 18 ans et plus, ayant le droit de vote, ont répondu au questionnaire par téléphone. L'échantillon comprenait des Canadiens des 10 provinces. Sa marge d'erreur est de plus ou moins 2 %, 19 fois sur 20. Au Québec, la marge est de 3,9 %, 19 fois sur 20.

Le sondage Léger Marketing, réalisé pour Le Devoir et The Globe and Mail, a été effectué entre le 29 août et le 3 septembre auprès de 1001 Québécois. Sa marge d'erreur est de 3,4 %, 19 fois sur 20.

Déclenchement précipité

On s'attend à ce que le scrutin ait lieu le 14 octobre, considérant qu'une campagne électorale doit durer au minimum 36 jours et que le 13 octobre est le jour de l'Action de grâces.

En vertu de la loi sur les élections à date fixe que M. Harper a lui-même fait adopter, le scrutin général aurait dû avoir lieu dans un an.

Le premier ministre motiverait sa décision par le fait qu'il a perdu la confiance du Parlement.

M. Harper aurait choisi de déclencher des élections pour diverses raisons stratégiques, notamment:

  • une économie moins vigoureuse
  • la tenue imminente d'élections partielles
  • la crainte que le résultat de l'élection présidentielle aux États-Unis n'influence le vote des citoyens canadiens

Les élections partielles dans les circonscriptions de Westmount-Ville-Marie, Saint-Lambert, Guelph et Don Valley-Ouest seraient annulées.

Répartition des sièges à la Chambre des communes

  • Parti conservateur: 127
  • Parti libéral: 95
  • Bloc québécois: 48
  • Nouveau Parti démocratique: 30
  • Indépendants: 4
  • Vacants: 4

Note: le député indépendant Blair Wilson se joindra au Parti vert pour les prochaines élections.

Avec les informations de La Presse canadienne