•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La lutte s'intensifie

Radio-Canada

Le gouvernement du Québec octroie 5 millions de dollars répartis sur cinq ans à l'Institut national de recherche scientifique Eau, Terre et Environnement.

La lutte contre les changements climatiques se poursuit au Québec. Le gouvernement provincial a annoncé mardi l'octroi de 5 millions de dollars à l'Institut national de recherche scientifique Eau, Terre et Environnement (INRS-ETE).

Cette subvention, provenant du Fonds vert, est répartie sur cinq ans. Elle permettra la création d'une chaire dont le mandat sera d'effectuer des recherches sur la séquestration géologique du dioxyde de carbone.

Il s'agira donc de trouver les moyens pour capter les émissions de CO2 à la source, soit à même les cheminées des usines et des manufactures. Par la suite, il sera transporté, entreposé et séquestré dans le sol. Le CO2 sera entreposé sous forme liquide à des profondeurs qui ne représentent aucun danger pour l'environnement.

« Cette annonce s'inscrit dans la foulée des mesures mises de l'avant par le gouvernement du Québec, dans le cadre du plan d'action 2006-2012, pour lutter contre les changements climatiques. Les travaux de la chaire contribueront à développer l'expertise québécoise dans le domaine de la séquestration géologique du carbone et à préciser les potentiels d'application au Québec », a expliqué la ministre du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs, Line Beauchamp.

Elle a précisé que cette initiative s'ajoutera aux différents efforts déployés permettant la réduction des gaz à effet de serre à la source.

Le ministre du Développement économique, de l'Innovation et de l'Exportation, Raymond Bachand, était également présent lors de cette annonce, qui permet de consolider une quinzaine d'emplois pour les prochaines années.

Aucun thème sélectionné