•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un cercle vicieux inquiétant

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2008 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

En fondant, le pergélisol de l'Arctique pourrait libérer d'importantes quantités de dioxyde de carbone, qui accéléreraient davantage le réchauffement climatique, selon des chercheurs américains.

Le réchauffement climatique pourrait entraîner l'émission d'importantes quantités de dioxyde de carbone emmagasinées dans les terres gelées de l'Arctique. Une fois libéré, ce gaz à effet de serre contribuerait lui aussi à la hausse des températures.

Ce cercle vicieux est mis en lumière dans une nouvelle étude publiée lundi dans le magazine scientifique britannique Nature Geoscience.

Les chercheurs américains, dirigés par Chien-Lu Ping de l'Université de Fairbanks en Alaska, ont étudié des échantillons de sol recueillis à un mètre de profondeur sur 117 sites de la région de l'Arctique située en Amérique du Nord.

En combinant les échantillons aux données disponibles, les chercheurs estiment que la quantité de dioxyde de carbone dans les sols arctiques de l'Amérique du Nord est jusqu'à 60 fois plus importante que les estimations précédentes.

Le pergélisol du nord de l'Europe et de la Russie contiendrait des quantités semblables de dioxyde de carbone.

Une menace à prévoir

Pour l'instant, les modèles de prévisions climatiques ne tiennent pas compte de l'effet potentiel des émissions de ces gaz retenus dans les sols de l'Arctique, souligne le biochimiste Christian Beer de l'Institut Max Planck de Jena, en Allemagne.

Cette menace est pourtant bien réelle si l'on considère que la hausse des températures de l'Arctique pourrait atteindre six degrés Celsius d'ici la fin du siècle, selon les experts du climat.

En plus du dioxyde de carbone, le dégel des terres de l'Arctique libérera d'autres gaz à effet de serre qui contribueront au réchauffement climatique. Le méthane, moins abondant que le CO2 mais plus de vingt fois plus dommageable, pourrait avoir un effet important sur la hausse des températures.

Pergélisol

Le pergélisol est l'ensemble des sols polaires gelés en permanence, parfois jusqu'à mille mètres de profondeur. En Arctique, il couvre l'Alaska, le nord du Canada, toutes les îles de l'Arctique et le nord de la Sibérie.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Nature Geoscience

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.