•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La situation empire

Désinfection à l'usine Maple Leaf de Toronto

Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2008 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le nombre de décès liés à la listériose a été revu à la hausse lundi. Sur 12 morts au cours des dernières semaines au pays, 6 sont officiellement liées à la bactérie et 6 font l'objet d'une enquête.

Les autorités canadiennes ont annoncé, lundi, que le nombre de décès liés à la listériose a été revu à la hausse.

Douze personnes en seraient mortes au cours des dernières semaines au pays, 11 en Ontario et une en Colombie-Britannique. Six décès ont été confirmés comme étant directement dus à la maladie, mais les causes de six autres décès sont à l'étude.

Le nombre de personnes infectées par la listériose est lui aussi revu à la hausse. Vingt-six personnes ont eu la listériose au pays et 29 cas supplémentaires sont toujours sous enquête, dont 13 en Ontario et 10 au Québec.

La responsabilité de Maple Leaf

Le producteur de viandes préparées Maple Leaf n'a pas fini de subir les conséquences de la découverte d'un lien entre certains de ses produits et l'éclosion de nombreux cas de listériose dans quatre provinces canadiennes.

Après les rappels de produits ordonnés mardi dernier, puis samedi, Maple Leaf a annoncé dimanche qu'elle rappelait l'ensemble des 220 produits provenant de son établissement 97B (Nouvelle fenêtre) (Est 97B), c'est-à-dire son usine de Toronto, parce qu'ils pourraient être contaminés par la bactérie Listeria monocytogenes.

Selon Maple Leaf, les aliments rappelés ont surtout été vendus à des restaurants, à des hôpitaux et à des centres de soins de longue durée. Ils pouraient aussi se retrouver dans certains comptoirs de charcuterie. Tous les produits rappelés par Maple Leaf portent le numéro d'établissement 97B.

Certains sandwichs « Reuben classique » de marque Shopsy's deli-fresh (Nouvelle fenêtre), vendus seulement en Ontario, ont également été retirés du marché. Ils contenaient des produits Maple Leaf visés par le rappel.

Des pertes de 20 millions de dollars

En conférence de presse, dimanche, le PDG de Maple Leaf, Michael H. McCain, a évalué les pertes enregistrées jusqu'à maintenant à 20 millions de dollars. Il s'agit du coût total des rappels de produits possiblement contaminés et de l'opération de désinfection de l'usine de Toronto.

Maple Leaf prévoit d'autres pertes liées à une baisse prévisible de ses ventes et à une future campagne de publicité visant à rétablir le lien de confiance avec les consommateurs. De plus, puisque l'entreprise rappelle volontairement l'ensemble des produits de l'usine de Toronto, elle ne pourra pas obtenir de remboursement de sa compagnie d'assurance.

Produits visés par le rappel

Les 220 produits visés par le rappel peuvent être reconnus par le numéro d'établissement Est 97B, situé près des dates de péremption ou d'emballage.
Ce code d'établissement est celui de l'usine Maple Leaf du 150 Bartor Road, à Toronto.

Le titre plonge

Le cours du titre de Maple Leaf a plongé lundi matin à la Bourse de Toronto.

À 11 h 51, l'action de Maple Leaf valait 8,98 $, en baisse de 0,82 $ par rapport à son niveau de clôture vendredi. Dès l'ouverture, l'action avait chuté à 8,71 $.

Mesure de précaution

Le PDG de Maple Leaf a dit espérer rouvrir l'usine de Toronto mardi et qu'une équipe d'experts internationaux sur la listériose évaluerait la désinfection réalisée à Toronto et conseillerait l'entreprise sur les moyens de réduire les risques posés par la Listeria monocytogenes.

Michael McCain a estimé qu'il y avait peu de chance que la source de la contamination puisse être trouvée, parce que la bactérie est présente partout dans l'environnement.

La listériose

  • La bactérie Listeria monocytogenes peut être présente dans les produits de lait non pasteurisé comme des fromages au lait cru, dans des viandes et parfois même dans des légumes. Les femmes enceintes devraient aussi éviter les fromages à pâte molle. Les aliments contaminés n'ont pas nécessairement une odeur ou un aspect anormaux.
  • Les personnes atteintes de listériose présentent, entre autres, des symptômes pseudo-grippaux, des nausées, des vomissements, des crampes, de la diarrhée, des maux de tête, de la constipation et une fièvre persistante. Ils apparaissent habituellement de 2 à 30 jours, et parfois jusqu'à 90 jours après la consommation de l'aliment contaminé.
  • Les très jeunes enfants, les personnes âgées ou celles dont le système immunitaire est affaibli sont les plus vulnérables. Les symptômes pseudo-grippaux peuvent être suivis par une infection cérébrale ou sanguine qui peuvent, chacune, entraîner la mort.
  • La femme enceinte qui contracte la listériose pendant les trois premiers mois de la grossesse s'expose à une fausse-couche. Si la maladie se manifeste plus tard pendant la grossesse, elle peut accoucher d'un mort-né ou d'un nouveau-né gravement malade.
  • Source: Agence canadienne d'inspection des aliments, Dr Horacio Arruda, directeur de la protection de la santé publique au ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec

Tony Clement en confiance

En conférence de presse à Ottawa, dimanche, le ministre de la Santé du Canada, Tony Clement, a affirmé que le système de surveillance des problèmes de santé publique avait bien fonctionné. Il a admis que les morts à la suite de cette éclosion de listériose étaient tragique, mais a tout de même réitéré sa confiance dans le système.

Pourtant, selon des informations obtenues la semaine dernière par La Presse canadienne, les autorités responsables de la santé à Toronto étaient inquiètes au sujet de deux cas de listériose dans un CHSLD dès la mi-juillet. Mais des semaines se sont écoulées avant qu'on trouve des échantillons suspects de viandes et que des analyses soient effectuées en laboratoire.

Le ministre Clement a affirmé qu'Ottawa avait agi le plus vite possible et continuait à surveiller la situation de près.

Avec les informations de La Presse canadienne

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.