•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fronde contre le cours d'éthique

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2008 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Coalition pour la liberté en éducation intensifie sa campagne contre l'imposition du nouveau cours d'éthique et de culture religieuse dans les écoles primaires du Québec.

La Coalition pour la liberté en éducation (CLÉ) veut mobiliser les parents du Québec pour qu'ils boycottent le nouveau cours d'éthique et de culture religieuse.

Ce cours débutera à la rentrée scolaire, jeudi prochain, en première année du primaire.

Il sera imposé à tous les élèves jusqu'à la fin du secondaire, sans droit d'exemption pour quelque raison de conscience ou de conviction philosophique ou religieuse que ce soit.

Contexte relativiste

La Coalition dénonce le contexte relativiste du cours. Ce cours, selon le site Internet de la CLÉ :

  • est fait d'un amalgame de nombreuses religions et croyances;
  • affirme que rien n'est vrai ou faux, bien ou mal;
  • oblige l'élève à remettre en question et à justifier ses convictions en classe.

Mais il y a plus, selon l'organisation. Les parents perdront le choix d'inscrire leur enfant à un cours d'enseignement moral et religieux ou à un cours d'enseignement moral sans religion, dans les écoles publiques, comme c'était le cas jusqu'ici. La perte est substantielle, dit la CLÉ, car, au primaire, 80 % des parents choisissent encore l'enseignement catholique pour leurs enfants. Au secondaire, la proportion est près de 60 %.

Demandes d'exemption refusées

Dans la région de Québec, plus d'une centaine de demandes d'exemption de cours ont été déposées auprès des commissions scolaires. Mais selon Sylvain Lamontagne, de Valcourt, en Estrie, un parent impliqué dans la Coalition, toutes les demandes d'exemption ont été refusées dans sa municipalité. M. Lamontagne estime que le boycottage est pour l'instant le seul moyen de pression dont disposent les parents.

La Coalition revendique la liberté de choix et affirme que le ministère de l'Éducation outrepasse ses droits en imposant des contenus aux enfants à l'école.

Sur son site Internet, la CLÉ accuse le gouvernement de Jean Charest, pour rendre le nouveau cours obligatoire, d'avoir:

  • modifié la Charte québécoise des droits et libertés de la personne, en retirant aux parents leur liberté de choix en matière d'éducation religieuse;
  • aboli la liberté de conscience des enseignants en abrogeant l'article 20 de la Loi sur l'instruction publique.

Les parents de la CLÉ invoquent les chartes canadienne et québécoise et la Convention internationale des droits de l'enfant pour qualifier cette imposition de déni des droits les plus fondamentaux.

Le nouveau programme sera aussi obligatoire dans les écoles privées confessionnelles. Ces dernières, estime la Coalition, devraient pouvoir garder plein pouvoir sur l'enseignement religieux qu'elles offrent.

Sur son site Internet, la CLÉ offre un formulaire de demande d'exemption au cours d'éthique et de culture religieuse selon l'article 222, alinéa 2 de la Loi sur l'instruction publique.

De plus, la coalition annonce la tenue d'une marche à Montréal, le 18 octobre prochain.

Cette marche aura lieu presque un an jour pour jour après le rassemblement pacifique devant l'Assemblée Nationale organisé par la CLÉ pour protester contre l'imposition de ce cours à tous les enfants.

La CLÉ songe aussi à porter sa cause devant les tribunaux.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.