•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des relations diplomatiques seront établies

Bachar Al-Assad et Michel Sleimane
Bachar Al-Assad et Michel Sleimane Photo: AFP / LOUAI BESHARA

Selon un responsable syrien, Damas et Beyrouth se sont entendus à ce sujet. L'annonce survient après un attentat qui a fait au moins 18 morts, dont 10 soldats, à Tripoli.

La Syrie et le Liban se sont entendus, mercredi, à Damas, pour rétablir des relations diplomatiques entre leurs deux pays. C'est du moins ce qu'a annoncé un responsable syrien, mercredi, au terme d'une rencontre entre les présidents syrien et libanais, Bachar Al-Assad et Michel Sleimane.

La visite de deux jours de Michel Sleimane en Syrie, la première d'un chef d'État libanais depuis que les troupes syriennes ont quitté le pays en 2005, était présentée comme un signe de réchauffement diplomatique entre les deux pays.

Cette annonce survient quelques heures à peine après qu'un attentat à la bombe perpétré dans la ville de Tripoli eut fait au moins 18 morts, dont 10 soldats et un enfant, ainsi que près de 50 blessés. La bombe a explosé à proximité d'un arrêt d'autobus fréquenté par des soldats, dans le centre de la ville portuaire, en pleine heure de pointe.

L'explosion a détruit un autobus.L'explosion a détruit un autobus. Photo : AFP / www.hamzetwasselnews.com

Le chef des Forces de sécurité intérieure, Achraf Rifi, a déclaré au site Internet Lebanon Now que la bombe se trouvait à l'extérieur d'un autobus transportant des civils et des militaires, et qu'elle a été actionnée à distance. Selon lui, un suspect a été arrêté.

L'attentat s'est produit près du quartier de Bab el-Tebbaneh qui a été le théâtre, depuis le mois de mai, de violents affrontements entre sunnites proches de la majorité gouvernementale et alaouites proches de l'opposition. Les alaouites sont une branche du chiisme. Le président syrien Bachar Al-Assad est lui-même alaouite.

Histoire trouble

L'antagonisme sunnites-alaouites remonte à la guerre civile, où Bab el-Tebbaneh était devenu un refuge pour des habitants de la ville syrienne de Hama rasée en 1982 par le régime de l'ex-président Hafez Al-Assad après une insurrection islamiste. En 1986, l'armée syrienne, qui occupait le Liban, avait pénétré à Bab el-Tebbaneh, y tuant 300 personnes avec l'aide des alaouites.
Source: AFP

Michel Sleimane, qui est l'ancien commandant en chef de l'armée libanaise, a parlé d'une attaque terroriste.

L'armée et les forces de sécurité ne céderont pas aux tentatives de les terroriser par des attaques et des crimes.

Le président libanais Michel Sleimane

Le ministère syrien des Affaires étrangères a également dénoncé « avec force » cet « acte criminel ». La Syrie, indique le ministère, « affirme sa sympathie et sa solidarité avec le Liban frère face à tous ceux qui portent atteinte à sa sécurité et sa stabilité ».

L'armée n'avait pas été touchée par un attentat depuis que le général François El-Hajj, pressenti pour succéder à Michel Sleimane à la tête de l'armée, a été tué le 12 décembre dans un attentat à la voiture piégée commis près du palais présidentiel.

Le ministre de l'Information Tarek Mitri a refusé de faire un lien avec la visite de M. Sleimane à Damas. Il a déclaré à Reuters qu'il y avait « de nombreuses interprétations politiques » de cette explosion.

Le ministre des Affaires étrangères du Canada, David Emerson, a dénoncé l'attentat, estimant qu'il s'agit d'un acte de violence « inacceptable ».

« On ne peut tolérer qu'elle [la violence] compromette les gestes que le Liban a faits récemment pour consolider sa stabilité politique et sa sécurité », a-t-il ajouté.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Aucun thème sélectionné