•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Coup d'État en Mauritanie

Des militaires montent la garde face à la radio nationale.

Des militaires montent la garde face à la radio nationale.

Photo : AFP / STRINGER

Radio-Canada

Des militaires viennent une nouvelle fois de s'emparer du pouvoir en Mauritanie en arrêtant le président, le premier ministre et le ministre de l'Intérieur.

La Mauritanie, pays pauvre du littoral ouest-africain, a été ébranlée, mercredi, par un coup d'État militaire. Cette prise du pouvoir a mis fin au mandat du premier président démocratiquement élu qu'a connu ce pays.

Le président Sidi Ould Cheikh Abdallahi, son premier ministre Yahya Ould Ahmed Waghf et le ministre mauritanien de l'Intérieur ont été arrêtés par des militaires et conduits dans un endroit inconnu.

Des troupes ont également encerclé l'édifice abritant la radio et la télévision nationale, et ont forcé par la suite les employés à quitter leurs postes.

Il semblerait que la première mesure des putschistes ait été de mettre en place un Conseil d'État dirigé par l'ancien chef de la garde présidentielle, Mohamed Ould Abdelaziz.

Ce dernier venait, quelques heures plus tôt, d'être démis de ses fonctions par le président Abdallahi en raison de son rôle présumé dans une fronde de parlementaires contre le gouvernement en place.

Il semblerait que le général Abdelaziz, ainsi que l'ancien chef d'État-major, le général Ould Cheikh Mohamed Ahmed, avaient encouragé la démission en bloc d'un groupe de 25 députés et 23 sénateurs, lundi, du Pacte national pour la démocratie et le développement (PNDD), la formation présidentielle.

Les parlementaires démissionnaires reprochent au président Abdallahi son incompétence à réagir efficacement à l'augmentation rapide du coût de la vie. La Mauritanie, un pays qui importe plus de 70 % de ses denrées alimentaires, a été durement frappée par la crise alimentaire mondiale au cours des derniers mois.

Depuis son accession à l'indépendance, en 1960, la Mauritanie a été le théâtre de trois coups d'État, en 1978, 1984 et 2005. Au lendemain du coup de 2005, les deux généraux au coeur du coup d'État d'aujourd'hui, Mohamed Ould Abdelaziz et Ould Cheikh Mohamed Ahmed, avaient oeuvré à la transition démocratique qui a conduit à l'élection, en 2007, de Sidi Ould Cheikh Abdallahi.

La Mauritanie en bref

  • Pays désertique du nord-ouest de l'Afrique d'une superficie équivalente à celle de l'Égypte;
  • C'est l'un des pays les plus pauvres du monde, avec un produit intérieur brut per capita de seulement 760 $ par année;
  • Les quelque 3,1 millions de Mauritaniens sont presque exclusivement des musulmans sunnites;
  • La langue officielle, bien que le français soit commun dans le commerce, est l'arabe
.

Condamnations internationales

La communauté internationale a immédiatement dénoncé le coup d'État. Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a dit regretter profondément les événements de la journée.

L'Union africaine, la Commission européenne et la présidence du Conseil de l'Union européenne (France) ont aussi condamné le putsch.

Aux États-Unis, la secrétaire d'État Condoleezza Rice a dénoncé le coup d'État et demandé la libération du président Abdallahi et du premier ministre.

Avec les informations de Agence France-Presse, Associated Press, et Reuters