•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une prévention au pluriel

La 17e conférence internationale sur le sida se tient à Mexico
Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2008 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des spécialistes réunis à Mexico ont insisté lundi sur la nécessité de combiner les moyens de prévention du sida pour minimiser les risques d'infection.

Une « combinaison de préventions » est nécessaire pour échapper au sida, affirment des spécialistes réunis à Mexico dans le cadre de la Conférence internationale sur le sida.

Tout comme il existe une « combinaison de traitements » pour soigner le sida (les trithérapies), « il est essentiel de combiner les interventions plutôt que de se fonder sur une seule approche », a souligné lundi Geoffrey Garnett, professeur d'épidémiologie à l'Imperial College de Londres.

La prévention inclut la circoncision, le préservatif, les seringues à usage unique, la réduction du nombre de partenaires et le début de la vie sexuelle après 15 ans.

Jaime Sepulveda, directeur du programme de la Fondation Bill et Melinda Gates, a lui aussi insisté sur la nécessité d'utiliser l'ensemble des moyens de prévention, et d'y investir davantage.

Selon Alex Coutinho, directeur de l'Institut ougandais des maladies infectieuses, moins de 10 % des personnes les plus à risque, telles que les toxicomanes par injection, les travailleurs du sexe, les homosexuels et les prisonniers, ont accès à une prévention appropriée. « Seulement 20% des gens qui vivent avec le virus le savent », a-t-il ajouté.

L'organisme OnuSida estime que 33 millions de personnes dans le monde vivent avec le virus et que 7500 individus contractent le virus chaque jour. L'organisme estime que 2,7 millions de nouveaux individus sont infectés par année.

17e Conférence internationale sur le sida

Jusqu'à vendredi, près de 22 000 personnes discuteront de la pandémie, de ses traitements et de la discrimination dont sont toujours victimes les personnes atteintes du virus. Plus de 2500 sidéens sont également présents pour partager leur expérience.

Les résultats de plusieurs recherches sur des traitements devraient être rendus publics au cours des prochains jours. Les coûts des médicaments, les moyens de prévention, la situation des enfants orphelins du sida et le nombre croissant de femmes touchées par le virus seront aussi au coeur des discussions.

À quelques jours de l'ouverture des Jeux olympiques de Pékin, la question de la Chine, qui interdit l'entrée sur son territoire aux personnes atteintes, devrait aussi être abordée.

C'est la première fois que la conférence se tient dans un pays d'Amérique latine, une région plutôt hostile aux personnes atteintes du virus.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Associated Press

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.