•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La santé mise à mal

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2008 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Santé Canada rend public un rapport attendu sur les effets du réchauffement climatique sur la santé humaine.

Il y aura une importante augmentation des problèmes respiratoires et cardiaques liés à la chaleur et à la pollution plus grande de l'air. Sans être apocalyptique, il s'agit des grandes conclusions d'un rapport sur les effets des changements climatiques sur la santé humaine. Il a finalement été publié jeudi par Santé Canada.

La semaine dernière, les auteurs de ce rapport intitulé La santé humaine dans un climat changeant: une évaluation canadienne des vulnérabilités et des capacités d'adaptation craignaient que le gouvernement conservateur de Stephen Harper ne cherche à l'enterrer pour en minimiser l'impact.

Il y est demandé au gouvernement fédéral d'agir immédiatement pour préparer les Canadiens aux désastres qui seront engendrés par les changements climatiques.

Des hypothèses connues

Le rapport de 500 pages appuie certaines hypothèses déjà connues, dont celles voulant que les changements climatiques provoquent, par exemple, plus de manifestations de climat extrêmes comme les inondations, les sécheresses ou les incendies de forêt.

Les chercheurs estiment aussi que, dans les décennies à venir, le nombre de jours de grande chaleur pourrait doubler ou même tripler, entraînant ainsi une hausse de la mortalité. Le nombre de décès liés à ce phénomène devrait augmenter brusquement, surtout au Québec.

Le document indique que la pollution de l'air, des niveaux plus élevés d'ozone dans l'atmosphère inférieure et une augmentation de la production de pollen redoubleront les symptômes d'asthme et les allergies.

Ce sont les communautés du nord du pays qui seront les plus vulnérables. Des avalanches et des glissements de terrain pourraient devenir plus fréquents. Elles devront aussi affronter des pénuries de vivres et une diminution de la quantité d'eau potable.

Les changements climatiques risquent aussi de créer un climat plus favorable à l'apparition de maladies infectieuses qui sont, pour l'instant, considérées comme rares ou exotiques au Canada.

Une question d'adaptation

Le rapport souligne que les Canadiens disposent de bons outils pour s'adapter à ces changements, que ce soit par les ressources en soins de santé ou les services sociaux. Une plus grande sensibilisation de la population et des autorités sera toutefois nécessaire pour bien comprendre ces risques et agir en conséquence.

Réaction politique

Le ministre fédéral de la Santé, Tony Clement, qui participait au caucus de son parti à Lévis, près de Québec, accueille favorablement les conclusions du rapport. Il considère que plusieurs d'entre elles appuient les politiques de son gouvernement. Il a ajouté que les Canadiens devront néanmoins s'habituer au scénario évoqué dans le rapport.

Avec les informations de La Presse canadienne

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.