•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les hôpitaux devront donner l'exemple

Yves Bolduc
Le Dr Yves Bolduc
Radio-Canada

Le ministre de la Santé du Québec, Yves Bolduc, souhaite que les établissements de santé montrent la voie en éliminant les calories vides de leurs cafétérias.

Bannir frites, poutines, hamburgers et autres aliments riches en calories, mais très peu nutritifs, des établissements de santé, tel est le projet du nouveau ministre de la Santé du Québec.

Avant de prendre une décision, Yves Bolduc attend le rapport de la Direction de la santé publique, attendu à l'automne.

On s'attend à ce que le ministre propose une politique-cadre pour éliminer les aliments peu nutritifs de tous les établissements de santé du Québec: hôpitaux, CLSC et centres hospitaliers de soins de longue durée.

Comme dans les écoles

En point de presse, hier, Yves Bolduc a déclaré: « Ça devrait ressembler beaucoup à ce qui se fait dans les établissements d'éducation ».

Le ministre réagissait à l'appel lancé mardi par le Journal de l'Association médicale canadienne. Dans un éditorial intitulé Frying up hospital cafeteria food, les docteurs Yoni Freedhoff et Rob Stevenson remettaient aux gestionnaires d'hôpitaux la responsabilité de bannir les calories vides des menus des cafétérias.

Le ministre est convaincu de l'importance d'une alimentation de qualité pour le maintien de la santé. Et, pour lui, les hôpitaux doivent donner l'exemple. C'est pourquoi le Dr Bolduc promet une politique « solide » pour corriger la situation.

Est-ce que ça veut dire qu'il n'y aura plus du tout de frites? Ou s'il peut y avoir des frites d'une certaine façon? Est-ce qu'il faut couper les liqueurs gazeuses?[[citation auteur="Le Dr Yves Bolduc, ministre de la Santé du Québec" ]]

On ignore, pour le moment, si le ministre annoncera une politique-cadre incitative ou contraignante.

Depuis janvier 2008, les écoles n'offrent plus en principe de boissons gazeuses, de frites et d'aliments panés dans leur cafétéria aux niveaux primaire, secondaire et préscolaire. On précise « en principe » parce que la politique-cadre sur l'alimentation à l'école est incitative seulement.

Le Dr Yves Bolduc a été directeur des services professionnels au Centre de santé et de services sociaux Lac-Saint-Jean-Est de 1994 jusqu'à son entrée en politique en juin dernier. Il convient, après avoir mangé très régulièrement dans les cafétérias d'hôpitaux, qu'on y trouve encore de la malbouffe, mais, selon lui, il y en a peu.