•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une promotion discrète, mais controversée

Serge Labbé

Serge Labbé, à l'époque où il était commandant des Forces canadiennes en Somalie

Radio-Canada

Le colonel Serge Labbé, critiqué pour le ratage somalien de 1992, a discrètement été promu brigadier-général. Selon le colonel à la retraite Michel Drapeau, il s'agit d'une décision inhabituelle.

C'est avec beaucoup de discrétion que le ministère de la Défense a décidé au début de juillet de remettre au controversé colonel Serge Labbé le grade de brigadier-général alors qu'il s'apprête à prendre sa retraite.

Sa promotion au même grade avait été annulée en 1998 dans la foulée du scandale de la mission du Canada en Somalie.

Lors de cette mission, qui s'est déroulée en 1992 et en 1993, des soldats canadiens avaient battu à mort un Somalien âgé de 16 ans. Deux Somaliens avaient également été tués, alors qu'ils étaient entrés clandestinement dans le campement.

Un commandement inapproprié

Le quotidien Ottawa Citizen rappelle que, par la suite, il a été prouvé que les soldats canadiens avaient utilisé de la nourriture et de l'eau comme leurres. De plus, un médecin de l'armée avait rapporté qu'un des Somaliens avait été exécuté par un soldat.

Une enquête a conclu que le colonel Serge Labbé avait failli à sa tâche en exerçant un commandement inapproprié. De plus, il ne s'était pas assuré que ses troupes avaient reçu une formation adéquate en matière de protection des victimes selon les conventions de Genève et qu'ils avaient réussi les tests à ce sujet.

Lors de cette commission d'enquête, de troublantes allégations avaient été révélées comme celle de ce militaire qui a raconté avoir entendu le colonel Labbé dire: « J'ai hâte d'avoir mon premier Somalien mort ».

Sur les ondes de Radio-Canada, le juge Gilles Létourneau, qui dirigeait les travaux de cette commission, s'est souvenu de ces propos.

Il avait été blâmé par la commission pour son manque de leadership et pour son attitude cavalière à l'égard de la population somalienne.

Gilles Létourneau

Le quotidien d'Ottawa note que, par deux fois, les Forces canadiennes ont refusé une promotion au colonel Labbé. Mais juste avant son départ, l'ancien chef d'État major, Rick Hillier, a demandé que son dossier soit révisé.

Une promotion rétroactive

Cette promotion est rétroactive à 2000. Un brigadier-général des forces canadiennes gagne en moyenne 20 000 $ de plus par année qu'un colonel. Serge Labbé recevra donc un paiement rétroactif et verra sa pension ajustée à la hausse lorsqu'il prendra sa retraite.

En entrevue à Radio-Canada, Michel Drapeau, colonel à la retraite, s'explique mal cette décision. Il dit qu'il n'est pas habituel qu'une telle promotion soit donnée au moment où quelqu'un est sur le point de quitter l'armée.

C'est quelque chose de très, très rare parce que, d'habitude, on donne une promotion à quelqu'un parce qu'on veut lui confier un mandat plus riche, plus difficile et tout le reste.

Michel Drapeau
Avec les informations de Ottawa Citizen

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.