•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le temps de passer à la production

Radio-Canada

La municipalité refuse d'appuyer la nouvelle demande des propriétaires de la scierie LB qui réclament encore plus d'approvisionnements en bois.

Avant toute chose, les nouveaux propriétaires de la scierie LB doivent relancer les activités, selon la municipalité de Lac-Bouchette. Le maire de la localité, Jocelyn Bernier, insiste sur le fait qu'il est temps que la production reprenne. Cela devrait se faire d'ici deux mois, ajoute-t-il.

L'identité des gens d'affaires qui se sont portés acquéreurs des installations, l'an dernier, demeure inconnue. Depuis, ils ont rénové l'usine qui avait été laissée à l'abandon depuis 2002. Les nouveaux propriétaires ont même fait fonctionner la machinerie en tronçonnant le bois qui était sur le terrain de la scierie depuis des années.

« Ils ont fait la démonstration que cette usine pouvait fonctionner et qu'elle pouvait avoir un bon rendement. Alors avec un investissement semblable, je pense que ce sont des gens sérieux », souligne la maire Bernier.

Les promoteurs ont aussi obtenu un contrat d'approvisionnement de bois de tremble de 56 000 mètres cubes grâce à divers appuis de la municipalité. Il s'agit d'un exploit dans le contexte actuel.

Maintenant, les nouveaux propriétaires en veulent plus, mais les élus locaux n'ont pas l'intention d'intervenir une fois de plus auprès du gouvernement provincial. « La municipalité les a appuyés à trois reprises, déclare le maire de Lac-Bouchette. Maintenant pour être crédibles, on considère que l'usine doit redémarrer. »

Si le projet se concrétise, une vingtaine d'emplois seront créés.