•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pour une campagne plus Net

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2008 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le directeur général des élections du Québec, Marcel Blanchet, veut encadrer les internautes en période de campagne électorale.

Le directeur général des élections (DGE) du Québec veut encadrer la toile. La Presse canadienne rapporte que Marcel Blanchet travaille à faire actualiser la Loi sur les dépenses électorales, qui date des années 70, pour qu'elle tienne compte d'Internet.

Le DGE note que la place consacrée aux campagnes électorales sur le Net a connu une croissance exponentielle entre 2003 et 2007.

Le DGE a d'ailleurs mandaté un groupe de travail qui remettra ses recommandations en septembre prochain. Les cinq experts doivent s'inspirer de ce qui se fait en France, en Nouvelle-Zélande, aux États-Unis, dans les provinces ainsi qu'à Ottawa.

Ils filtrent blogues, YouTube, chansons, courriels selon qu'ils aident ou nuisent à un parti politique.

En fait, le directeur général ne s'inquiète pas des actions des partis politiques sur le web, qui sont déjà policés, mais plutôt de l'intervention du citoyen.

« Le problème, ce sont les tiers, les gens qui, de leur sous-sol, ou des groupes qui ne sont pas autorisés par un agent officiel, qui décident d'utiliser Internet pour diffuser un message », explique le porte-parole du DGE, Denis Dion.

Le comité d'experts devra notamment redéfinir ce qu'est une dépense électorale, puisque la diffusion de messages sur le web peut se faire sans frais.

Lors de la dernière campagne électorale, le directeur avait reconnu les blogues comme l'équivalent des lettres aux lecteurs. En revanche, il avait condamné des vidéos, diffusées sur YouTube, qui critiquaient le gouvernement Charest.

Une loi actualisée à l'ère électronique donnerait une ligne de conduite au législateur, mais des moyens relatifs pour l'appliquer.

Marcel Blanchet espère que les changements à la loi seront en vigueur avant la prochaine campagne électorale.

Avec les informations de La Presse canadienne

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.