•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Don Murray

Don Murray
Radio-Canada


Don Murray a été le premier correspondant de Radio-Canada à Pékin, puis il a été posté à Jérusalem, à Moscou, à Berlin et à Londres. Il a notamment couvert les guerres au Kosovo, en Afghanistan et en Irak.

Don Murray présente deux reportages, produits avec la réalisatrice Carmen Merrifield, le caméraman Louis Deguise et le monteur Sheldon Beldick, dans le cadre de l'émission À l'heure de la Chine.


LA LIBERTÉ D'EXPRESSION

Sous Mao, la Chine était un univers totalitaire, où les médias maniaient la langue de bois. Aujourd'hui, si certaines restrictions ont été levées, les journalistes peinent encore à dévoiler des histoires qui risqueraient de déplaire aux autorités.

La plupart d'entre eux se sont habitués à éviter les sujets délicats, car enfreindre la ligne rouge peut coûter très cher.



DANS NOS ARCHIVES:

Y aura-t-il censure à Hong Kong? En 1995, les journalistes de Hong Kong s'inquiétaient de perdre leur liberté d'expression avec la rétrocession de l'enclave britannique à la Chine.


LA JUSTICE

Le système judiciaire chinois a bien évolué depuis 30 ans. Cependant, on est encore loin de la justice comme on l'entend dans les pays occidentaux. Les confessions arrachées sous la torture et les simulacres de procès n'ont rien d'inhabituel.

De jeunes avocats dénoncent le manque d'indépendance judiciaire et le pouvoir absolu du Parti communiste. Ils sont prêts à mettre leur vie en danger pour tenter de changer le système. Leurs aînés, pour leur part, sont plus prudents.



DANS NOS ARCHIVES:

Le tribunal de la Bande des quatre: En 1980, alors qu'il venait d'être posté à Pékin, Don Murray a couvert le procès le plus célèbre de la Chine moderne, celui de la veuve de Mao Zedong et de ses trois acolytes, qu'on accusait d'être les instigateurs de la Révolution culturelle. Pour les observateurs, ce procès n'était qu'une mise en scène.


SOUVENIRS DE CHINE

Pékin le matin: Dans un monde policé, les Chinois cherchaient un espace pour laisser libre cours à leur liberté d'expression, à travers la danse, le taï chi et le chant. (Sur le site des Archives de Radio-Canada.ca)