•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Chute du prix du baril

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2008 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le prix du baril de pétrole a perdu plus de 5 $US mardi, à la Bourse de New York, dépassant légèrement les 136 $US.

Le prix du baril de pétrole brut a poursuivi mardi son recul amorcé la veille sur les marchés internationaux.

Le baril de brut a plongé de 5,33 $US pour clôturer à 136,04 $US à la Bourse de New York.

Selon des analystes, cette pause dans la flambée du prix du pétrole est surtout attribuable à la baisse des tensions entourant le programme nucléaire iranien.

Les investisseurs seraient apaisés par la décision de l'Iran, il y a quelques jours, de faire parvenir une réponse officielle à Javier Solana, le chef de la diplomatie de l'Union européenne, afin de résoudre la crise nucléaire.

En fin de semaine, le porte-parole du gouvernement iranien, Gholamhossein Elham, a également indiqué que l'Iran était prêt à négocier avec les grandes puissances, mais sans renoncer à ses « droits » à poursuivre son programme nucléaire.

Pendant ce temps, les marchés boursiers nord-américains ont repris un peu de vigueur au lendemain d'importants reculs. Mardi, le principal indice de la Bourse de Toronto, le TSX, a perdu 156 points en cours de séance, avant de clore la journée en progression de 96,97 points, soit 0,71 %.

À New York, l'indice Dow Jones a grimpé de 152,25 points, soit 1,36 %. Ce rebond est intervenu après que le président de la Réserve fédérale, Ben Bernanke, eut annoncé que la Fed pourrait prolonger son offre de prêts d'urgence aux banques américaines.

Le Nasdaq a augmenté de 51,10 points, soit 2,28 %.

Onde de choc sur les marchés européens et asiatiques

Après les bourses nord-américaines lundi, les bourses asiatiques et européennes ont dégringolé à leur tour, mardi.

Les investisseurs appréhendent de nouvelles difficultés pour les entreprises du secteur bancaire et craignent les conséquences du prix du baril de pétrole, notamment sur l'inflation.

La Bourse de Taïwan a clôturé la journée en baisse de près de 4 % pour toucher son plus bas niveau depuis novembre 2006. Les bourses de Hong Kong et de Corée du Sud ont chuté d'environ 3 %, tandis que le Nikkei japonais a cédé 2,45 %.

La Bourse australienne a quant à elle perdu 1,4 % pour atteindre son plus bas niveau en près de deux ans. Les marchés indonésiens et indiens perdent aussi plus de 1 %.

La situation n'est guère plus rose en Europe. À Paris, le CAC40 a terminé la journée en baisse de 1,54 %, tandis qu'à Londres, le Footsie clôturait avec un recul de 1,31 %. À Francfort, le DAX allemand n'a fait guère mieux en se repliant de 1,43 %.

Les titres des banques européennes, qui doivent bientôt publier leurs résultats financiers du dernier trimestre, ont été particulièrement touchés. Les investisseurs craignent de nouvelles pertes.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.