•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Acadie salue Québec

Église
Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2008 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Plusieurs collectivités acadiennes font résonner cloches et carillons à l'occasion du 400e anniversaire de la ville de Québec.

Les cloches et les carillons ont résonné en Acadie, jeudi midi, pour souligner le 400e anniversaire de la ville de Québec.

Plusieurs collectivités aux quatre coins du Nouveau-Brunswick ont ainsi salué les Québécois qui célèbrent leur capitale. Ces municipalités et ces paroisses ont répondu sans hésitation à l'invitation du comité organisateur des célébrations du 400e.

« Surtout par amitié pour le Québec. Les gens des fêtes du 400e nous ont approchés. Ils nous dit qu'on aimerait que les cloches de la municipalité sonnent à l'unisson à 11 heures, ou midi à notre heure, le 3 juillet », explique Normand Léger, porte-parole de la Ville de Dieppe.

M. Léger ajoute qu'il était tout à fait normal de souligner l'événement étant donné les liens entre l'Acadie et le Québec. « On n'a pas hésité parce que ce sont nos amis quand même, nos voisins, ce sont des francophones et de cette manière-là, on s'est dit qu'on allait inviter nos églises à sonner leurs cloches à l'unisson », précise-t-il.

Selon la Ville de Moncton, des églises anglaises et des temples de diverses religions ont aussi participé à ce mouvement.

De nombreux Acadiens vont à Québec cet été participer aux célébrations. Une délégation du Nouveau-Brunswick y fera notamment un tintamarre le 15 août. De plus, des collectivités acadiennes un peu partout en Atlantique organisent des activités chez elles à l'occasion de cet anniversaire.

Le 3 juillet 1608, l'explorateur français Samuel de Champlain a jeté les bases d'un comptoir de traite qui allait devenir la ville de Québec.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.