•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mort de Diane Hébert

Diane Hébert première greffée coeur-poumon au Québec
Diane Hébert avait reçu une greffe coeur-poumon en 1985.
Radio-Canada

La première Québécoise à recevoir une greffe coeur-poumons, en 1985, meurt d'une infection pulmonaire à l'âge de 51 ans.

La première Québécoise à recevoir une greffe coeur-poumons n'est plus.

Diane Hébert est morte dans la nuit de samedi à dimanche, des suites d'une infection pulmonaire dont elle souffrait depuis avril dernier.

À l'époque, on lui avait dit qu'il lui restait six mois à vivre. Elle aura finalement survécu 25 ans à ce diagnostic.

Diane Hébert s'est fait connaître comme une jeune femme déterminée à trouver un second souffle à sa vie.

En 1983, trois ans après la naissance de sa fille, les médecins diagnostiquent une hypertension pulmonaire primaire causée par une embolie lors de l'accouchement. Seule une greffe coeur-poumons peut la sauver. Mais cette nouvelle opération, récente et complexe, n'a jamais été réalisée au Québec.

La générosité du public lui permet de se rendre à l'Université Stanford, en Californie, où le Dr Norman Shumway a réussi la toute première greffe coeur-poumons en 1981. Elle attend deux ans, en vain.

Entre-temps, l'Hôpital général de Toronto inaugure un nouveau programme de transplantation cardio-pulmonaire dirigé par le Dr Joel Cooper. Elle revient au pays.

En novembre 1985, un donneur lui sauve la vie. L'opération dure plus de 6 heures. Elle reste inconsciente pendant un mois. Malgré trois arrêts cardiaques et quatre autres opérations, la perte de la vue et de l'ouïe, elle s'accroche.

Son expérience met en lumière le manque d'information et de soutien moral et financier pour les personnes en attente d'une greffe ou greffées. Elle crée une fondation, en 1987, pour répondre à ces besoins.

Sa croisade en faveur du don d'organe a fait en sorte que la carte d'assurance-maladie du Québec devienne, par l'apposition d'un simple autocollant, la carte officielle de don d'organe.

Avec les informations de La Presse canadienne, et Fondation Diane-Hébert

Aucun thème sélectionné