•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mal de bloc chez Mega Brands

Radio-Canada

Le fabricant de jouets montréalais annonce une perte nette de 97,1 millions de dollars américains. Recul des ventes, hausse des coûts et rappels de jouets ont généré ce mauvais résultat.

Des excuses « humbles et sincères », une « déception » et une « douleur » partagées. C'est avec ces mots que Victor Bertrand, le président du conseil d'administration de Mega Brands, s'est adressé aux actionnaires de la compagnie réunis vendredi en assemblée annuelle.

Il faut dire que les résultats du fabricant de jouets montréalais sont plutôt décevants : avec une perte nette de 97,1 millions de dollars américains en 2007, c'est une série de 22 exercices rentables consécutifs qui s'achève.

Victor Bertrand, qui détient 12,1 % des actions de l'entreprise qu'il a fondée en 1967, attribue ces mauvais résultats au recul des ventes, à la hausse des coûts, ainsi qu'à de nombreux rappels.

L'un d'entre eux concernait les jouets Magnetix. La mort d'un enfant et les blessures subies par d'autres avaient été attribuées à l'ingestion d'aimants qui s'en étaient détachés.

Le lancement de nouveaux jouets, à la fin de l'été, devrait permettre de remettre Mega Brands sur les rails, ont affirmé Victor Bertrand et ses deux fils Marc et Vic, respectivement chef de la direction et chef de l'innovation de l'entreprise.