•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ecclestone était au courant d'un complot

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2008 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Bernie Ecclestone a eu vent d'un complot contre Max Mosley, deux mois avant que le scandale n'éclate.

Bernie Ecclestone a su deux mois avant le scandale qu'un complot se tramait contre le président de la FIA, Max Mosley. Et il a averti son vieil ami.

C'est ce que révèle vendredi un consultant en enquête dans le journal The Times.

Dean Attew a déjà travaillé pour MM. Ecclestone et Mosley. Il explique au quotidien britannique qu'il a été contacté par un groupe de personnes qui voulait forcer Max Mosley à démissionner.

Ces gens savaient que M. Attew avait travaillé pour Bernie Ecclestone et lui ont demandé s'il avait une quelconque loyauté envers Mosley, et s'il pouvait les aider à mettre sur pied leur projet.

« Un ami m'a appelé en janvier de cette année, explique M. Attew. Il y a eu une rencontre durant laquelle j'ai appris que ces gens avaient décidé de trouver toute information susceptible de faire mal à Max Mosley, de le discréditer publiquement et de l'obliger à démissionner de son poste de président. »

Dean Attew en a parlé à Bernie Ecclestone, qui a averti Max Mosley.

« Max m'a confirmé avoir été mis au courant de ce qui se tramait. Je pensais qu'il avait pris la menace au sérieux, précise M. Attew. Il n'a visiblement pas pris nos conseils au sérieux, c'est là sa plus grande erreur. »

Bernie Ecclestone croyait que ces gens ne trouveraient rien sur son vieil ami, qu'il a qualifié « d'homme sans histoire » (Mr Boring).

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.