•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un important surplus

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2008 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Malgré un record des dépenses, le surplus budgétaire de l'Alberta atteint 4,6 milliards de dollars en 2007-2008. La hausse des prix de l'essence explique en partie ce résultat.

C'est avec un record de dépenses que l'Alberta a terminé son exercice financier en 2007-2008. Malgré tout, son surplus budgétaire a atteint 4,6 milliards de dollars.

Mardi, la ministre des Finances de l'Alberta, Iris Evans, dévoilait les résultats de l'année financière 2007-2008 qui s'est terminée le 31 mars.

La vigueur de l'économie

Selon la ministre, ce budget s'explique par la hausse des revenus provenant des impôts et des redevances pétrolières.

Dépassant ainsi les prédictions, les revenus tirés des ressources naturelles ont atteint 11 milliards de dollars, l'un des plus hauts sommets dans l'histoire de la province.

Avec le prix du baril de pétrole dépassant les 130 dollars américains, des représentants du gouvernement s'attendent à ce que les revenus tirés de cette ressource continuent d'être élevés.

Saviez-vous que...

Chaque augmentation d'un dollar du baril de pétrole représente des revenus supplémentaires de 139 millions de dollars pour l'Alberta.

La vigueur de l'économie a ainsi permis au gouvernement de faire des dépenses records afin de rattraper le retard de certains projets de construction. Les dépenses permettront aussi de diminuer les coûts en santé et en éducation.

Le rapport financier mentionne également que 2,3 milliards de dollars ont été versés au régime de retraite des enseignants. Il s'agit du résultat d'une entente avec le gouvernement pour éviter, pendant cinq ans, un conflit de travail.

Fonds du patrimoine

Malgré ces impressionnants surplus, le fonds du patrimoine a reçu 1,4 milliard de dollars. Selon certains critiques, il s'agit de miettes même s'il atteint un record historique de 17 milliards de dollars.

En effet, ce chiffre aurait pu être encore plus grand parce ce que le fonds a enregistré des pertes avec la crise des bourses américaines. La ministre des Finances demeure toutefois sûre que les marchés iront mieux.

La critique libérale, Laurie Blakeman, affirme qu'il faut y investir encore plus pour assurer l'avenir de la province lorsque la croissance pétrolière sera chose du passé.

Pour leur part, les néo-démocrates souhaitent que les redevances pétrolières soient augmentées pour récolter plus de revenus. Ils soutiennent qu'une telle situation permettrait ainsi d'investir à la fois dans les infrastructures et dans le fonds du patrimoine.

Avec les informations de La Presse canadienne

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.