•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Entre triomphalisme et prudence

L'Arghandab en Afghanistan.

L'Arghandab en Afghanistan.

Radio-Canada

Alors que le gouverneur de Kandahar soutient que des centaines de talibans ont été tués ou blessés, un porte-parole de l'OTAN parle plutôt d'« incidents mineurs » et de talibans qui ont « visiblement choisi de refuser le combat ».

Il semble difficile, au lendemain du déclenchement d'une contre-offensive dans le nord-ouest de Kandahar pour chasser les talibans qui ont pris pied dans la région, de faire le point sur la situation et d'établir des bilans fiables.

Le gouverneur de la province de Kandahar, Assadullah Khalid, a soutenu lors d'un point de presse, jeudi, que les forces afghanes et leurs alliés occidentaux, essentiellement canadiens, ont chassé militairement les talibans qui s'étaient emparés de plusieurs villages du district d'Arghandab mardi.

Le gouverneur Khalid a affirmé que « l'ensemble du district a été nettoyé. Des centaines de talibans ont été tués ou blessés », précisant que la plupart d'entre eux étaient des Pakistanais.

Le ministère afghan de la Défense a estimé, lui, que les talibans ont perdu 56 hommes lors des opérations d'Arghandab.

Pour sa part, un porte-parole de l'OTAN s'est montré nettement moins affirmatif que le gouverneur de Kandahar, se bornant à faire état d'« incidents mineurs » au cours des dernières heures.

Militaires canadiens dans un village d'ArghandabAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Militaires canadiens dans un village d'Arghandab.

Dans la matinée, jeudi, le général Carlos Branco expliquait à ce propos que les talibans « ont visiblement choisi de refuser le combat », ce qui a permis aux troupes afghanes et occidentales de progresser en rencontrant une résistance minimale.

Cette fuite apparente des talibans, après s'être emparés par surprise d'une région très stratégique à quelques kilomètres seulement de la grande ville du sud, Kandahar, s'inscrit dans la logique des opérations de guérilla que favorisent les talibans.

Par le passé, les militants islamistes ont très souvent mené des opérations similaires, réussissant, à la suite d'un coup d'éclat, à s'emparer d'un point stratégique, parfois pour quelques heures seulement, avant de s'en retirer juste avant l'arrivée des troupes de l'OTAN.

D'ailleurs, pour le major général Marc Lessard, commandant des forces de l'OTAN dans le sud de l'Afghanistan, cet épisode de la guerre afghane démontre que « les talibans ont sans l'ombre d'un doute connu un succès tactique ».

Selon les autorités afghanes, tous les accès à la région de l'Arghandab ont été bloqués pendant que les militaires fouillent les habitations à la recherche de combattants talibans.

Plus de 70 000 soldats occidentaux, dont 2500 Canadiens, tentent de mettre fin à une insurrection talibane qui dure depuis maintenant six ans et demi.

Avec les informations de Agence France-Presse, Associated Press, et Reuters

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.