•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dangereux, le Taser?

Radio-Canada

Selon une enquête de Radio-Canada et de la Presse canadienne, 28 % des individus victimes du pistolet Taser entre 2002 et 2007 ont dû être examinés à l'hôpital.

Une enquête conjointe de Radio-Canada/CBC et la Presse canadienne révèle qu'un nombre important d'individus ont été blessés après avoir reçu une décharge d'un pistolet électronique Taser.

Grâce à la Loi sur l'accès à l'information, des milliers de pages de formulaires, que les policiers de la GRC doivent remplir chaque fois qu'ils utilisent le Taser, ont été analysées.

Il en ressort que 910 personnes sur 3226 ayant reçu une décharge de pistolet Taser entre 2002 et 2007, soit 28 % d'entres elles, ont dû recevoir des soins médicaux, surtout pour des brûlures, des perforations et des blessures causées par des chutes.

Dans 50 % de ces cas, les individus ont été victimes de plus d'une décharge, et ce, même si une politique interne de la GRC indique que des chocs répétés peuvent représenter un danger.

La Commission des plaintes du public contre la GRC doit rendre public mercredi, à Ottawa, son rapport final sur l'utilisation du pistolet Taser. C'est le ministre de la Sécurité publique, Stockwell Day, qui avait réclamé ce rapport l'année dernière.

Le commissaire, Paul Kennedy, a déjà critiqué la GRC d'avoir libéralisé l'usage du Taser sans avoir fait d'analyse sérieuse de son utilisation. On prévoit d'ailleurs qu'il va recommander de restreindre l'usage du pistolet électronique dans son rapport.

La GRC s'est refusé à tout commentaire avant la publication du document.

Au début de l'année, la GRC avait cessé de dévoiler les détails des blessures subies par les personnes victimes du Taser, alléguant la protection de la vie privée et la confidentialité des enquêtes. De précédents rapports indiquaient toutefois que de 2002 à 2005, une vingtaine de personnes avait été transportées à l'hôpital, principalement pour des brûlures.

L'utilisation du Taser a été remise en cause après le décès de Robert Dziekanski, en novembre dernier, à l'aéroport de Vancouver. Le ressortissant polonais a perdu la vie après avoir reçu au moins deux décharges de pistolets électriques. Ses derniers moments ont été captés sur vidéo et les images de sa mort ont été diffusées dans le monde entier.

Avec les informations de La Presse canadienne

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.