•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La vie venue de l'espace

Des météorites

Photo : Imperial College

Radio-Canada

Des scientifiques montrent pour la première fois que les pièces constitutives d'un génome retrouvées dans certaines météorites sont bien extraterrestres et ne résultent pas d'une contamination ultérieure.

L'émergence de la vie sur Terre a été rendue possible grâce à la contribution d'éléments extraterrestres, confirme l'analyse d'une météorite tombée sur l'Australie par des chercheurs britanniques.

L'équipe de l'Imperial College de Londres a ainsi prouvé que les bases azotées (ou bases nucléiques) présentes sur des météorites sont bien venues de l'espace et ne se sont pas incrustées sur elles après leur chute sur Terre. Ces bases sont aussi présentes dans l'ADN des cellules vivantes.

L'analyse montre que les bases azotées contiennent une forme de carbone lourd qui n'a pu se former que dans l'espace. Les matériaux formés sur Terre contiennent une variété de carbone plus légère.

Dr Zita Martins, Imperial College

Les auteurs estiment que leur découverte conforte la théorie selon laquelle les matières premières nécessaires à la vie qui sont apparues sur la Terre primitive (entre 4,5 et 3,8 milliards d'années) sont d'origine exogène.

Le mystère de la vie

Les chercheurs ne s'expliquent pas pour autant l'apparition de la vie puisque les conditions atmosphériques sur la Terre primitive n'étaient pas idéales pour la synthèse des bases azotées, donc pour l'émergence de la vie. C'est pourtant bien à ce moment qu'elle est apparue. À cette époque, où le système solaire était encore en cours de formation il y a quelque 4 milliards d'années, les planètes étaient soumises à un bombardement incessant de météorites.

Les chercheurs estiment que les premières formes de vie ont pris des bases azotées, trouvées sur des fragments de météorites, pour les utiliser dans le codage génétique.

Le mystère entourant l'apparition de la vie reste toutefois entier, puisque personne ne sait exactement comment on est passé de l'existence sur Terre de ces briques de construction à la vie elle-même.

Sur d'autres planètes

Selon l'un des co-auteurs de l'étude, le Dr Mark Sephton, la confirmation de l'origine extra-terrestre de ces molécules dans les météorites pourrait avoir des implications pour la vie ailleurs que sur Terre.

Les éléments clés de la vie - dont les bases nucléiques - pourraient être largement répandus dans l'Univers. Au fur et à mesure que des matières premières de la vie sont découvertes dans l'espace, la possibilité de l'émergence de la vie là où les conditions sont propices devient plus probable.

Dr Mark Sephton

C'est en mesurant les teneurs d'isotopes de carbone dans deux molécules trouvées sur la météorite de Murchison, tombée sur l'Australie en 1969, que les scientifiques ont constaté qu'il s'agissait d'un type de carbone différent de celui des roches terrestres. Leurs travaux sont publiés dans la revue Earth and Planetary Science Letters.

Avec les informations de L'Imperial College de Londres

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.