•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'importance des vacances

Selon un sondage SOM, les entrepreneurs canadiens auraient intérêt à prendre de vraies vacances, car une bonne proportion d'entre eux admettent que leur niveau de stress a augmenté depuis un an.

Cet été, laissez votre Blackberry à la maison!

C'est ce qu'indiquent les résultats d'un sondage SOM effectué pour le compte de Desjardins Sécurité financière (DSF).

Le sondage a interrogé les entrepreneurs sur leur perception de trois sujets, en 2008 par rapport à 2007:

  • le niveau de leur sécurité financière
  • le niveau de leur de santé physique et mentale
  • leur niveau de stress

Il montre que le niveau de stress a augmenté chez bon nombre d'entrepreneurs en 2008. 31 % d'entre eux, en effet, ont reconnu avoir subi une hausse de stress au cours de la dernière année.

Toutefois, près de 92 % reconnaissent avoir une situation financière stable et 77 % se disent en bonne santé physique et mentale.

Pas de répit

Selon le sondage, 78 % des entrepreneurs ont dit être allés au travail, en moyenne sept fois l'année dernière, tandis qu'ils étaient soit malades soit épuisés. Ils invoquaient le plus souvent les raisons suivantes pour être allés travailler:

  • respecter les échéances;
  • le sens du devoir.

Lien entre le stress et certaines maladies mentales

Les entrepreneurs ont été appelés à dire s'ils pensaient qu'ils seraient touchés un jour par la maladie mentale comme la dépression, l'anxiété ou l'épuisement professionnel. Ceux dont le niveau de stress avait diminué l'année dernière ou était resté le même ont dit que non. Mais les personnes dont le niveau de stress avait augmenté estimaient qu'elles pourraient:

  • sombrer dans la dépression à 42 %;
  • souffrir d'anxiété à 37 %;
  • souffrir d'épuisement professionnel à 65 %.

Toutefois, les répondants étaient disposés, selon le sondage, à faire des compromis pour améliorer leur équilibre travail-vie personnelle :

  • 65 % étaient prêts à accepter une baisse de salaire et à travailler moins d'heures;
  • 72 % étaient disposés à refuser des responsabilités supplémentaires.

Selon Marie-Josée Labelle de DSF, les entrepreneurs doivent s'offrir des conditions d'emploi propices à leur santé. « Vacances fermes à l'agenda, avec bagages allégés du Blackberry et tranquillité d'esprit incluse, voilà une formule d'évasion que les entrepreneurs doivent s'accorder pour répondre aux exigences particulières de leur vie professionnelle. »

Le sondage a été réalisé par SOM Recherches et sondages entre le 7 février et le 10 mars 2008. 1594 personnes ont été interrogées. Sa marge d'erreur maximale est de 2,6 %, 19 fois sur 20. Les données ont été pondérées de façon à refléter la répartition exacte de la population canadienne par régions, sexes et groupes d'âge, établie par le Recensement de 2006 de Statistique Canada.

Avec les informations de Desjardins sécurité financière