•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un baril imperturbable

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2008 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'annonce de l'augmentation de la production saoudienne n'est pas parvenue à freiner les cours mondiaux du pétrole qui franchissent encore une fois de nouveaux records, frôlant les 140 $US le baril.

Les marchés mondiaux du pétrole, dopés par des mouvements spéculatifs qui rendent les cours très volatils, n'ont apparemment pas suivi la loi de l'offre et la demande, lundi, et ont franchi de nouveaux records.

En effet, tant à Londres qu'à New York, le cours du brut s'est envolé de près de 4 $US en quelques heures pour frôler la barre symbolique des 140 $US le baril.

Cette hausse est d'autant plus surprenante qu'en vertu de la loi de l'offre et de la demande, les cours auraient dû entamer un mouvement vers le bas en raison de la décision, dimanche, de l'Arabie saoudite, premier producteur de pétrole de l'OPEP, d'augmenter sa production de 200 000 barils par jour en juillet.

Les prix se sont ensuite repliés pour terminer la journée à 134,61 $US à New York et 134,71 $US à Londres.

Les cours du brut ont connu une flambée spectaculaire ces derniers temps, et ont terminé la dernière semaine à près de 135 $US à New York et à Londres.

C'est le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, qui a fait état des intentions saoudiennes à l'issue de son entretien avec le roi Abdallah.

Jugeant les prix du pétrole « anormalement élevés », le souverain saoudien a laissé entendre que son pays était prêt à augmenter sa production.

« [le roi Abdallah] est prêt à faire tout ce qui est en son pouvoir pour ramener le prix du pétrole à des niveaux convenables », a indiqué Ban Ki-moon.

Il a précisé avoir évoqué très largement avec le roi la question du lien entre la flambée des cours du pétrole et la crise alimentaire mondiale, ainsi que les changements climatiques.

L'Arabie saoudite accueillera le 22 juin à Djeddah une réunion des principaux pays producteurs et consommateurs de pétrole. L'objectif est de discuter de l'envolée du cours du baril, qui a enregistré le 6 juin un record absolu à 139,12 $US à New York.

L'Arabie saoudite produit actuellement 9,45 millions de barils par jour, soit 300 000 de plus qu'en mai dernier.

L'OPEP répète depuis des mois que l'équilibre de l'offre et la demande n'est pas à blâmer pour la hausse fulgurante des coûts du pétrole, préférant plutôt montrer du doigt les spéculateurs qui cherchent à récupérer dans le pétrole les pertes encourues par un dollar américain très faible et une crise financière majeure.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.