•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Au nom des parents infertiles

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2008 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'animatrice et productrice de télévision Julie Snyder demande au gouvernement Charest de rembourser entièrement les traitements de procréation assistée. Les partis d'opposition n'ont pas tardé à s'y associer.

Alors qu'elle est enceinte, l'animatrice de télévision Julie Snyder part en croisade au nom des couples infertiles. Elle demande au gouvernement Charest de rembourser entièrement les traitements de procréation assistée.

Mardi à Québec, la conjointe du président de Quebecor Pierre-Karl Péladeau est venue appuyer en commission parlementaire les revendications de l'Association des couples infertiles du Québec (ACIQ). Elle exige la gratuité des traitements offerts en clinique pour stimuler la fertilité.

« Il y a une injustice. Les gens qui ont les moyens de se payer un traitement peuvent le faire, j'en suis la preuve, mais il y a beaucoup de femmes qui voudraient avoir des enfants. »

— Une citation de  Julie Snyder

Les partis d'opposition

L'Action démocratique du Québec et le Parti québécois se sont empressés de s'associer à Julie Snyder. Les deux partis d'opposition à l'Assemblée nationale ont sommé le ministre de la Santé Philippe Couillard d'inclure les traitements de fertilité parmi les services assurés de la Régie de l'assurance-maladie du Québec.

Si jamais le ministre Couillard refuse de céder aux revendications des couples infertiles, ils promettent de faire dérailler l'adoption du projet de loi 23 sur l'encadrement des pratiques de procréation assistée. Ce projet est présentement à l'étude.

Des statistiques

Environ 1700 traitements pour l'infertilité ont été pratiqués au Québec en 2005, pour un coût unitaire variant entre 10 000 $ et 15 000 $.

Avec les informations de La Presse canadienne

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.