•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Toujours armés jusqu'aux dents

Radio-Canada

Les dépenses militaires dans le monde ont encore augmenté l'an dernier, selon l'Institut international de la recherche pour la paix à Stockholm.

L'Institut international de la recherche pour la paix à Stockholm (SIPRI) indique que les dépenses militaires sur la planète ont continué d'augmenter l'an dernier.

Le SIPRI souligne néanmoins que les espoirs de nouvelles discussions sérieuses sur le contrôle des armes et le désarmement sont encourageants.

Dans son rapport annuel rendu public lundi, l'organisme souligne que les dépenses militaires mondiales ont progressé de 6 % en 2007 par rapport à l'année précédente et de 45 % depuis 1998.

Les grands dépensiers

Les dépenses internationales ont atteint 1339 milliards de dollars américains en 2007. La part des États-Unis représente 45 % du total. Washington a déboursé 541 milliards de dollars américains, c'est-à-dire 3,4 % de plus qu'en 2006.

La Grande-Bretagne occupe la deuxième position avec des dépenses militaires de 59,7 milliards de dollars américains. La Chine suit de près avec 58,3 milliards de dollars et la France n'est pas loin derrière avec des dépenses de 53,6 milliards de dollars américains.

A l'échelle d'une région, l'Europe de l'Est a connu la plus forte hausse. C'est surtout en raison des dépenses militaires de la Russie, qui a déboursé 35,4 milliards de dollars américains.

Le Canada, bien qu'il ait augmenté ses dépenses depuis quelques années, est loin derrière ces pays, avec des investissements militaires de 15,2 milliards de dollars américains en 2007 (19,1 milliards canadiens, taux de change constant de 2005). En 2006, 1,2 % du PIB canadien était consacré aux dépenses militaires.

Les espoirs de désarmement sont permis

Malgré la progression des dépenses, le SIPRI s'attend à de nouvelles discussions sur le désarmement et le contrôle des armes au cours des 12 prochains mois.

« Il est de toute évidence dans l'intérêt des citoyens et des gouvernements d'adopter des mesures positives et pragmatiques » allant dans « la bonne direction », a souligné le directeur de l'Institut international, Bates Gill.

De son point de vue, un désarmement décidé par les plus grandes puissances nucléaires, c'est-à-dire les États-Unis et la Russie, sera particulièrement important dans les années à venir.

Bates Gill exprime l'espoir de mesures décisives dans ce domaine, qui incluraient un renouvellement du Traité sur la réduction des armements stratégiques entre Washington et Moscou en 2009.

Une conférence internationale de non-prolifération en 2010 représenterait aussi un moyen de pression en faveur du désarmement des puissances nucléaires, a souligné M. Gill. Il croit que la prochaine administration américaine aura un « rôle critique » dans le progrès en matière de contrôle d'armement.

La menace nucléaire

Selon le SIPRI, les huit puissances nucléaires mondiales possédaient au total plus de 25 000 ogives nucléaires au début de 2008. La Corée du Nord n'est pas intégrée à cette liste parce que le SIPRI ne pouvait pas vérifier si Pyongyang avait un programme d'armement nucléaire.

La Russie disposait de 5189 ogives opérationnelles en janvier dernier, contre 4075 pour les États-Unis. Les deux pays développent de nouvelles armes afin de moderniser leurs forces.

La Grande-Bretagne, la France, la Chine, l'Inde et le Pakistan mettent aussi au point des systèmes de missiles.

L'Institut international de la recherche pour la paix à Stockholm fait état de 14 grands conflits armés et de 61 opérations de paix menées dans le monde en 2007.

Avec les informations de Associated Press