•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Gueule de bois à la pompe

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2008 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le prix du litre d'essence a bondi dans plusieurs villes canadiennes après que le baril de pétrole eut clôturé la semaine avec un record de plus de 138 dollars américains.

Les automobilistes dans plusieurs villes canadiennes ont eu encore une mauvaise surprise en faisant le plein, mais ils devaient s'y attendre après le nouveau record du cours du baril de pétrole.

Il a terminé la semaine à plus de 138 dollars américains.

Samedi matin, dans la grande région de Toronto, un litre d'essence ordinaire se vendait 1,35 $, en hausse de 6 cents.

À Montréal, certaines stations affichaient 1,46 $ le litre.

Le député libéral Dan McTeague croit que les investisseurs institutionnels sont en partie responsables de l'augmentation vertigineuse des cours du pétrole. Il presse le gouvernement fédéral de modifier la réglementation afin de refroidir les ardeurs des spéculateurs.

Le contrecoup sur l'emploi

La hausse effrénée du coût de l'essence risque d'assombrir les perspectives d'emploi au Canada.

L'économiste Joëlle Noreau, du Mouvement Desjardins, dit qu'il est difficile de prévoir avec précision les effets de la flambée des prix du pétrole sur l'emploi, mais elle comporte inévitablement des incidences fâcheuses à venir.

Du point de vue de Mme Noreau, l'industrie manufacturière et les exportateurs en souffrent particulièrement. Les manufacturiers ont besoin d'énergie pour produire et les exportateurs en ont besoin à la fois pour la production et le transport des marchandises.

L'économiste indique que le coût de l'essence élevé, combiné à la force du dollar canadien, mine la compétitivité des manufacturiers canadiens.

Il y un autre nuage à l'horizon pour le marché de l'emploi. Les consommateurs canadiens réduiront vraisemblablement leurs dépenses à cause de la hausse du prix du pétrole. Cela provoquera des pertes d'emploi dans plusieurs autres secteurs de l'économie.

Avec les informations de La Presse canadienne

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.