•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des demi-délégués

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2008 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un comité du Parti démocrate approuve des motions permettant aux délégués de la Floride et du Michigan de participer au choix du candidat démocrate à la présidence, mais avec un demi-vote chacun.

C'est à la demande et sous la pression de la candidate Hillary Clinton que des cadres du Parti démocrate se sont réunis à Washington, samedi, pour décider du sort des délégués de la Floride et du Michigan.

Après de longues heures de débat, ces responsables de l'application des règles du parti ont rejeté une motion qui aurait permis aux délégués de la Floride de siéger à la convention nationale, avec un droit de vote entier. Il s'agissait d'un important revers pour la candidate Hillary Clinton, qui a remporté la primaire de cet État populeux du sud des États-Unis, tout comme celle du Michigan.

Les cadres ont par la suite approuvé des motions successives, proposées par le camp du sénateur Barack Obama, permettant aux délégués de la Floride et du Michigan de prendre part à la convention démocrate de la fin août prochain, à Denver au Colorado. Toutefois, ces délégués ne disposeront chacun que de la moitié d'un vote pour choisir le candidat démocrate à l'élection présidentielle de novembre prochain.

L'équipe d'Hillary Clinton a immédiatement fait savoir qu'elle « se réservait le droit de faire appel » de cette décision.

Les instances nationales du parti avaient invalidé les résultats en Floride et au Michigan, car les deux primaires avaient été organisées avant la date prévue par le règlement. Une guerre de procédures, dont la conclusion est survenue samedi, avait ainsi été déclenchée.

Pour l'instant, l'autre candidat démocrate à la présidence américaine, le sénateur Barack Obama, devancerait sa rivale de 200 délégués. Il serait à moins de 100 délégués du nombre requis pour remporter l'investiture démocrate, selon plusieurs sources.

En vertu du partage de samedi, Hillary Clinton obtiendra 69 délégués au Michigan, contre 59 pour Barack Obama. En Floride, ce seront 105 délégués qui s'ajouteront à la récolte de la sénatrice de New York, tandis que le sénateur de l'Illinois en aura 67. Rappelons que chacun de ces délégués ne comptera que pour un demi-vote.

Toutefois, rapporte CNN, le nombre de délégués nécessaires pour remporter l'investiture démocrate est passé à 2118, plutôt que 2025 précédemment, à la suite des derniers développements.

Dimanche, une élection primaire se déroulera à Porto Rico. Les deux dernières consultations sont prévues pour mardi dans le Montana et le Dakota du Sud.

Barack Obama quitte sa paroisse

Par ailleurs, après s'être dissocié publiquement du révérend Jeremiah Wright, auteur de propos controversés ayant nui à sa campagne, Barack Obama a officiellement rompu avec l'église United Trinity Church.

C'est dans cette paroisse, que M. Obama fréquentait depuis 20 ans, que les filles du sénateur avaient été baptisées, et que M. Obama s'était marié.

« Ce n'est pas une décision que j'ai prise à la légère et je ne l'ai pas prise sans une certaine tristesse. Je sais que c'est la bonne chose à faire pour l'église et pour notre famille », a déclaré Barack Obama, samedi, lors d'une conférence de presse.

Il a ajouté qu'il savait qu'il allait être associé à tous les propos controversés émanant de cette église, même s'ils ne correspondaient pas à ses idées et à ses valeurs. « J'imagine que nous trouverons une autre église pour accueillir notre famille », a dit M. Obama.

Le révérend Jeremiah Wright avait suscité tout un tumulte en déclarant, entre autres, que les États-Unis avaient une part de responsabilité dans les attentats du 11 septembre 2001, en raison de leur politique internationale.

Avec les informations de Agence France-Presse, Associated Press, et Reuters

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.