•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une juive ambassadrice d'un pays arabe

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2008 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La ressortissante juive Houda Nounou devrait être prochainement nommée ambassadrice aux États-Unis du royaume arabe de Bahreïn.

Le royaume arabe de Bahreïn s'apprête à nommer une femme juive, Houda Nounou, au poste d'ambassadrice aux États-Unis.

« Sa nomination confirme le choix fait pour des réformes à Bahreïn, un pays qui ne fait pas de distinction entre l'homme et la femme quand il s'agit d'occuper des postes officiels et qui ne fait pas de distinction entre ses citoyens en raison de leur confession », a expliqué un responsable du ministère des Affaires étrangères de Bahreïn, sous le couvert de l'anonymat, à l'Agence France Presse.

Le département d'État américain aurait déjà été informé de cette nomination en mars, lors de la visite aux États-Unis du roi Hamad ben Issa Al-Khalifa, selon ce même responsable.

Si sa nomination est confirmée, ce serait la première fois qu'un pays arabe confie une mission d'ambassadeur à l'une de ses ressortissantes juives. La sunnite et membre de la famille royale, Haya Al-Khalifa, a déjà occupé ce poste à Paris. La chiite Bibi Aloui est depuis quelques mois ambassadrice de Bahreïn à Pékin.

Âgée de 40 ans, Houda Nounou a obtenu un diplôme de gestion en Grande-Bretagne. Elle est une des 37 citoyennes de confession juive de ce pays du Golfe arabo-persique, qui compte quelque 500 000 habitants. Dans les années 40, le Bahreïn comptait des centaines de juifs.

Avec les informations de Agence France-Presse

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.