•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Questions de passeport

Radio-Canada

L'opposition à Ottawa cherche à savoir si l'ex-conjointe de l'ancien ministre des Affaires étrangères était titulaire d'un passeport diplomatique, auquel cas le gouvernement devait être au courant de son passé trouble.

Les détails de la relation entre l'ancien ministre des Affaires étrangères du Canada Maxime Bernier et Julie Couillard font encore énormément jaser à Ottawa.

Jeudi, les partis d'opposition ont pressé de questions le gouvernement pour savoir si un passeport diplomatique avait été délivré au nom de Mme Couillard à titre de conjointe de M. Bernier.

L'opposition cherche ainsi à défaire la défense du gouvernement Harper dans toute cette affaire. Celui-ci maintient qu'il ne connaissait pas le passé de Mme Couillard, car cela relève de la vie privée.

Toutefois, pour obtenir un passeport diplomatique, une enquête de sécurité doit être menée sur la personne concernée. Donc l'opposition dit que si Mme Couillard avait un tel passeport, le gouvernement ne peut plus prétendre, comme il le fait depuis le début de l'affaire, qu'il n'était pas au courant du passé de l'ex-conjointe de M. Bernier.

En Chambre, le gouvernement conservateur a répété ne pas pouvoir dire si Mme Couillard avait un tel passeport, puisqu'il ne fouille pas dans la vie privée des relations des ministres.

Passeports et privilèges

Le ou la conjoint(e) d'un ministre détient généralement un passeport diplomatique, de couleur rouge, pour l'accompagner dans certains déplacements à l'étranger. Certains fonctionnaires disposent d'un passeport spécial, de couleur verte. Dans les deux cas, le détenteur peut franchir plus rapidement les postes de douanes étrangers et généralement éviter d'être fouillé.

« C'est extraordinaire. C'est rendu que le passeport diplomatique est une question de vie privée. Ça n'a pas de bon sens », s'est insurgé Michel Guimond, député bloquiste de Montmorency-Charlevoix-Haute-Côte-Nord.

« Pour un passeport vert ou un passeport rouge, il doit y avoir une enquête des autorités. Alors, ils devaient savoir dès l'émission de ce passeport que c'était une femme avec un passé trouble », a de son côté déclaré le député libéral d'Etobicoke-Lakeshore Michael Ignatieff.

Le Nouveau Parti démocratique va plus loin et veut savoir si Mme Couillard possède toujours ce passeport. « La vraie question aujourd'hui avec ce que l'on sait est: est-ce que madame est toujours titulaire d'un passeport diplomatique? Si tel est le cas, il faudrait que le gouvernement l'explique », dit le député d'Outremont, Thomas Mulcair.