•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un robot à la maison

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2008 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'appareil, qui se trouve au domicile du patient, permet à ce dernier d'être en contact avec un professionnel de la santé qui est à son lieu de travail.

L'Université de Sherbrooke innove en matière de soins à domicile pour les personnes âgées. Une équipe a présenté mercredi le Télérobot qui permet à un professionnel de la santé d'être en contact avec un patient tout en demeurant à son lieu de travail, ce qui constitue une première mondiale.

Contrairement à la télésanté, qui existe déjà et où le robot est placé dans un milieu contrôlé, le robot créé à l'Université de Sherbrooke se trouve au domicile du patient. Le professionnel de la santé peut communiquer avec ce dernier à l'aide d'un système de vidéoconférence.

L'appareil peut également suivre le patient dans les différentes pièces de sa résidence.

Patrick Boissy, qui est au professeur au centre de recherche sur le vieillissement à l'Université de Sherbrooke, explique que les robots qui existent déjà ne sont pas en mesure de fonctionner dans un domicile. « L'environnement est imprévisible, les espaces sont très étroits, l'éclairage n'est pas adéquat, l'environnement est constamment en changement. [...] Les robots actuels qui sont utilisés en institutions ne permettent pas ou ne peuvent pas faire ça dans un domicile. »

Selon Isabelle Matte, une ergothérapeute qui a essayé l'appareil après une courte formation de quatre heures, le Télérobot permet d'établir un bon contact avec le patient et offre la possibilité d'évaluer presque entièrement sa condition.

Le robot pourrait être commercialisé d'ici cinq ans. Avant tout, un deuxième prototype devra toutefois être mis au point.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.