•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Gaffe sur gaffe sur gaffe

Radio-Canada

Le ministre des Affaires étrangères du Canada met le gouvernement Harper dans l'embarras avec une promesse que le Canada ne peut pas tenir.

Le ministre Bernier a fait une promesse que le Canada n'était pas en mesure de tenir, dans le cadre d'un voyage à Rome il y a quelques jours.

Il a déclaré que les nouveaux avions-cargos C-17 du Canada pourraient transporter des hélicoptères du Programme alimentaire mondial de l'ONU au Myanmar, dévasté par le cyclone Nargis il y a trois semaines, ou en Thaïlande, le pays voisin.

Selon le quotidien torontois The Globe and Mail, les fonctionnaires canadiens ont dû prendre d'autres mesures parce qu'aucun des quatre Boeing C-17 n'était disponible dans les délais prévus. Ils ont nolisé à prix fort, soit 900 000 $, un avion gros-porteur de la Russie. Le Globe and Mail ne précise pas le montant de la location de l'appareil de type Antonov.

Le journal rapporte qu'un responsable du Parti conservateur a reconnu que cette autre gaffe de M. Bernier le faisait encore une fois mal paraître. « On se demande qui paiera la note », a affirmé ce porte-parole du PC que le Globe and Mail n'identifie pas.

Dans les derniers mois, Maxime Bernier s'est attiré des critiques en distribuant des gâteaux Jos Louis aux militaires canadiens en Afghanistan, et surtout en disant publiquement aux autorités afghanes de remplacer le gouverneur de la province de Kandahar. On a aussi fait grand cas de sa récente relation avec une femme qui a déjà eu des liens avec des motards criminels.

Des rumeurs de remaniement ministériel imminent circulent à Ottawa depuis quelques jours. Des conservateurs et des politiciens d'autres allégeances à la Chambre des communes croient que le premier ministre Stephen Harper montrera la porte à Maxime Bernier.

Avec les informations de La Presse canadienne, et The Globe and Mail