•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un accueil plutôt favorable

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2008 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Plusieurs groupes et représentants de communautés culturelles disent que le rapport contient une bonne base de solutions pour favoriser l'intégration des nouveaux arrivants. Les syndicats sont davantage partagés sur la question.

Les groupes et représentants de communautés culturelles sont en général satisfaits des conclusions et des recommandations du rapport Bouchard-Taylor sur les pratiques d'accommodements.

Selon le Forum musulman canadien, le rapport, en misant sur la conciliation et l'amélioration des conditions pour faciliter l'intégration des nouveaux arrivants, est un pas dans la bonne direction. Son représentant Mohamed Kamel soutient que le document doit devenir un outil pour combattre les préjugés. Il dit maintenant espérer que les gouvernements agissent et mettent les efforts nécessaires pour sensibiliser la population.

Le Congrès islamique canadien abonde dans le même sens. « Ce ne sont pas des recommandations qui culpabilisent. Et nous, on n'accepte pas qu'une partie de la société soit culpabilisée. On aimerait que tout le monde adhère à ce projet et que tout le monde dépasse le stade des stéréotypes et qu'on aille tous vers un vrai interculturalisme et vers une vraie connaissance de l'autre », dit Najat Boughaba.

Le président du Congrès juif canadien, Victor Goldbloom, dit être heureux que le rapport conclut, à l'instar de son organisme, qu'il n'y a pas de crise au Québec entourant les accommodements raisonnables, mais qu'il s'agit davantage d'un problème de perception.

M. Goldbloom, comme le criminaliste Julius Grey, s'oppose cependant à la recommandation d'interdire le port de signes religieux aux titulaires de fonctions qui doivent incarner la neutralité de l'État, comme les magistrats, les policiers et les gardiens de prison.

Les syndicats plus réservés

Les principaux syndicats ont accueilli de façon plus mitigée le rapport de MM. Bouchard et Taylor. La Fédération des travailleurs du Québec (FTQ) salue que le rapport rappelle trois réalités du Québec, soit la laïcité, le caractère francophone et l'égalité hommes-femmes. La FTQ soutient toutefois que le rapport n'est pas assez restrictif en ce qui concerne le port d'insignes religieux.

La Confédération des syndicats nationaux (CSN), dit de son côté que l'élaboration d'une charte de la laïcité, comme elle l'a déjà proposée, serait utile pour encadrer les accommodements raisonnables, notamment le port d'insigne religieux.

La Centrale des syndicats du Québec (CSQ), est plus sévère et dit que le rapport n'apporte pas beaucoup de nouveau. Selon le syndicat, les commissaires auraient eu avantage à se consacrer à mieux baliser les pratiques d'accommodements raisonnables.

La CSQ dénonce également l'emploi du terme Québécois d'origine canadienne-française dans le rapport. « À trop vouloir modifier les termes pour adoucir les angles au nom de l'intégration et notamment pour éviter de heurter certaines sensibilités, nous en arrivons à un certain révisionnisme linguistique. [...] Au fil des ans, nous avons choisi de nous identifier comme Québécois. Pour nous, il n'est pas question de diluer qui nous sommes », a indiqué son président, Réjean Parent.

La Société Saint-Jean-Baptiste n'est pas non plus d'accord avec l'utilisation de ce terme. « Je ne vois pas ce qu'il y a de gênant de dire qu'on est Québécois quand on appartient au groupe culturel majoritaire au Québec », déclare son président Jean Dorion.

Un message du premier ministre

Au lendemain de la publication du rapport Bouchard-Taylor, le gouvernement Charest lance un message aux immigrants qui souhaitent s'installer au Québec.

Le premier ministre Jean Charest signe une publicité dans les journaux de vendredi, dans laquelle il s'adresse directement aux futurs nouveaux arrivants en sol québécois.

M.Charest souligne que l'égalité des sexes, la primauté du français et la séparation de l'État et l'Église font partie des valeurs qui sont à prendre avec le Québec lorsqu'on choisit de s'y installer.

Avec les informations de La Presse canadienne

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.