•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Interprétation contestée

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2008 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un membre du comité-conseil de la commission Bouchard-Taylor estime que The Gazette, qui dévoile des extraits du rapport avant sa publication, se livre à une mauvaise lecture de celui-ci. Le quotidien rapporte lundi que certains mots et expressions devraient être bannis du vocabulaire.

Le débat sur les accommodements raisonnables revient sur le devant de la scène. Depuis samedi, le quotidien anglophone The Gazette affirme avoir obtenu une copie du rapport final de la commission Bouchard-Taylor, qui doit être rendu public dans quelques jours, et en dévoile des extraits.

Or, le professeur Daniel Weinstock, membre du comité-conseil de la commission Bouchard-Taylor, estime que le quotidien fait une lecture erronée du rapport.

M. Weinstock est spécialiste en philosophie politique et directeur du Centre de recherche en éthique de l'Université de Montréal. Bien qu'il n'ait pas vu la version définitive du rapport, il estime que les conclusions auxquelles arrive The Gazette ne sont pas fondées.

Il est faux de soutenir que le rapport blâme la majorité francophone pour tous les dérapages en matière d'accommodements, a-t-il déclaré à la radio de Radio-Canada.

Il regrette en outre que le quotidien ait mis l'accent sur des aspects qui lui paraissent marginaux, comme le fait que les Québécois doivent s'ouvrir davantage et apprendre l'anglais.

Selon M. Weinstock, la commission aura la lourde tâche de rectifier les faits, en plus d'avoir à présenter son rapport.

Question de sémantique

Dans son édition de lundi, The Gazette affirme que le rapport de la commission recommanderait un changement de vocabulaire. Les coprésidents voudraient, par exemple, que cesse l'utilisation de l'expression « Québécois de souche », qu'ils suggèrent de remplacer par la formule « Québécois d'origine canadienne française ».

Les expressions « minorités visibles » et « communautés culturelles » devraient aussi être bannies, d'après le document cité par The Gazette. Les deux commissaires voudraient également abandonner le terme « accommodements », qu'ils proposent de substituer par « ajustements » ou « harmonisations ».

De l'avis de Gérard Bouchard et Charles Taylor, ces expressions peuvent être réductrices ou avoir des connotations racistes, dit le quotidien.

Aux Québécois d'agir

Dans son édition de samedi, The Gazette, se basant sur une copie de la dernière ébauche du rapport Bouchard-Taylor, écrivait que c'est sur les épaules de la majorité francophone du Québec que repose la responsabilité « d'ouverture d'esprit » face aux nouveaux arrivants.

Selon le quotidien, les coprésidents de la commission estiment que c'est le temps pour les Québécois francophones d'être plus ouverts et de s'habituer à vivre dans une société « globale ».

The Gazette a annoncé son intention de mettre en ligne le rapport de la commission dès mardi, sur son site web. Le rapport, qui a été remis au gouvernement du Québec par la commission, lundi, sera officiellement dévoilé jeudi, plutôt que vendredi.

Les chefs péquiste et bloquiste, Pauline Marois et Gilles Duceppe, ont pour leur part réclamé que le rapport soit déposé sans plus attendre, pour mettre un terme aux spéculations quant à son contenu.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.