•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Desjardins revoit sa politique

Radio-Canada

Desjardins modifie sa politique de souscription pour obliger ses assurés à remplacer les tuyaux en acier galvanisé de leur maison.

Desjardins a décidé de modifier sa politique de souscription à l'assurance habitation devant le risque élevé de dommages que peuvent causer les tuyaux en acier galvanisé après plusieurs décennies.

Les dégâts matériels causés par l'eau représentent maintenant 45 % de l'ensemble des réclamations, une facture qui s'élève à 500 millions de dollars par année. C'est pour s'attaquer à ce problème que le plus gros assureur de maisons au Québec a décidé de modifier sa politique de souscription.

Depuis le début de l'année, Desjardins Assurances n'assure plus les résidences dont la tuyauterie contient de l'acier galvanisé. Si Desjardins s'intéresse aujourd'hui à ces tuyaux en acier, c'est qu'ils causent de plus en plus de dommages.

« Le problème avec l'acier galvanisé, c'est qu'avec le temps, la rouille se forme à l'intérieur et l'eau a de la difficulté à passer à l'intérieur », explique Daniel Boucher, un plombier.

C'est ainsi que les tuyaux peuvent se fissurer. Les habitations construites avant 1950 sont les plus à risque, puisque les tuyaux en acier ont atteint leur durée de vie maximale, soit une cinquantaine d'années. Desjardins rappelle qu'elle n'a plus le choix et doit agir.

Les clients déjà assurés chez Desjardins seront avisés de ce changement lors du renouvellement de leur police d'assurance. Les clients devront s'y conformer, mais Desjardins leur accordera un délai.

« Ça peut aller jusqu'à un an, et même dépasser un an, ça dépend de l'assuré, de la situation », explique Stéphane Mailhot, directeur principal des communications chez Desjardins Groupe d'assurances générales.

Si le client néglige de remplacer sa vieille tuyauterie avant la date convenue, Desjardins se réserve le droit de résilier son contrat.

Pour l'instant, rares sont les assureurs qui obligent leurs clients à retirer l'acier galvanisé. Mais lorsqu'un chef de file comme Desjardins révise sa politique de souscription, il y a fort à parier que ses concurrents lui emboîteront le pas.