•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Encore un record

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2008 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Malgré l'insistance de l'OPEP à ne pas augmenter la production, les cours du brut pulvérisent les records sur les marchés boursiers, dépassant même à New York le cap des 126 $US le baril.

L'appétit des spéculateurs pour l'or noir ne semble pas avoir de limites, les cours du brut sur les marchés londonien et new-yorkais franchissant tous deux des records absolus, vendredi.

Pour la première fois, le brut coté au New York Mercantile Exchange a franchi la barre des 126 $US le baril vendredi, quelques heures après avoir dépassé le seuil des 125 $US, en matinée. Le baril a clôturé à 125,96 $US à New York.

À Londres, le contrat sur le Brent a également atteint des records, s'échangeant dans la journée jusqu'à 125,90 $US le baril. Le baril a clôturé à 124,56 $US à cet endroit.

Ces nouveaux records viennent clore une semaine incroyablement fébrile sur les marchés pétroliers, où le baril s'est apprécié en quelques jours seulement de plus de 12 $US à New York et de 13 $US à Londres.

Pourtant, l'Organisation des pays exportateurs de pétrole, l'OPEP, estime que ces records ne peuvent s'expliquer par un déséquilibre de l'offre et de la demande, le secrétaire général de l'OPEP expliquant qu'il « n'y a clairement pas de manque de pétrole sur le marché ».

L'OPEP impute l'actuelle volatilité des cours à l'arrivée massive de fonds spéculatifs sur les marchés pétroliers, une opinion partagée par de nombreux experts qui, à l'instar du consultant Victor Shum, commencent à s'inquiéter de « l'intérêt des investisseurs » pour les matières premières.

Depuis la mi-avril, la plupart des analystes ont nettement relevé leurs précédentes estimations des prix pour 2008, tablant désormais sur un baril entre 150 et 200 $US.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.