•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le baril frôle les 120 $US

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2008 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Poussé à la hausse par la nervosité des investisseurs en raison de la fermeture d'un oléoduc en Écosse, le prix du baril de brut a atteint 119,93 $US à New York, avant de clôturer à 118,80 $US.

Le prix du pétrole brut s'est de nouveau envolé lundi, à l'ouverture des marchés, avant de se résorber lentement.

À New York, le prix du baril de brut léger a pulvérisé un nouveau record lors des transactions électroniques d'avant-séance, en atteignant 119,93 $US le baril à l'ouverture des marchés.

La valeur du brut s'est ensuite résorbée. Le baril de brut a clôturé lundi à 118,80 $US, soit 28 ¢US de plus qu'à son prix de clôture vendredi dernier.

Pendant ce temps, à Londres, le prix du baril de Brent de la mer du Nord a clôturé à 116,51 $US, à plus de 1 $US de sa valeur record de vendredi dernier, à 117,56 $US.

Fermeture d'un oléoduc en Écosse

Cette nouvelle hausse des prix du brut serait attribuable cette fois à la fermeture d'un important oléoduc du groupe BP en raison d'une grève des employés de la raffinerie écossaise de Grangemouth. Cet oléoduc transporte jusqu'à 700 000 barils de pétrole par jour sur les marchés britanniques et internationaux.

Les perturbations régulières de l'approvisionnement pétrolier au Nigeria contribuent aussi à l'instabilité des marchés. Une grève chez Mobil Producing Nigeria (MPN) qui extrait de près de 780 000 barils de brut par jour, perturbe la production pétrolière nigériane.

Ces flambées successives des prix du pétrole pourraient toutefois quelque peu ralentir prochainement, selon James Williams, analyste de WTRG Energy, à la suite de la prochaine réunion de la Réserve fédérale américaine.

Au cours de cette réunion, les dirigeants de la Fed pourraient resserrer leur politique d'assouplissement monétaire pour renforcer le dollar américain, ce qui créerait une pression à la baisse sur les prix du pétrole, a expliqué James Williams à l'Agence France Presse.

Le prix du pétrole a augmenté de plus de 80 % au cours de la dernière année.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.