•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Il faut agir immédiatement », dit Ban Ki-moon

Radio-Canada

Le secrétaire général des Nations unies demande à la communauté internationale d'agir « de manière concertée » afin de remédier à la hausse fulgurante des prix de la nourriture.

Le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, demande à la communauté internationale d'agir sans plus attendre afin de remédier à la flambée des prix des produits alimentaires.

« La forte augmentation des prix de l'alimentation s'est transformée en une réelle crise mondiale », a-t-il déclaré en marge d'une conférence tenue à Vienne, en Autriche.

« Les Nations unies sont très préoccupées, comme tous les membres de la communauté internationale. Nous devons agir immédiatement de manière concertée. »

Le Programme alimentaire mondial (PAM) estime que la hausse des prix des céréales, comme le riz, le blé et le maïs, constitue un « tsunami silencieux » qui menace 100 millions de personnes.

L'organisme a demandé à la communauté internationale d'allonger 775 millions de dollars américains pour être en mesure d'intervenir adéquatement dans pas moins de 37 pays parmi les plus pauvres de la planète.

Origine de la crise

La flambée des prix des denrées alimentaires est attisée par la hausse des prix des carburants et la production de biocarburants, qui réduit les zones disponibles pour la culture de produits alimentaires.

On explique aussi la crise alimentaire par de mauvaises récoltes liées à la météo et par la demande accrue d'économies émergentes, comme la Chine et l'Inde. Sans compter les spéculateurs qui misent sur la demande pour faire monter les prix.

« À court terme, nous devons nous occuper de toutes les crises humanitaires qui pèsent sur les populations les plus pauvres dans le monde », a déclaré Ban Ki-moon. « À moyen terme, la communauté internationale et ses dirigeants en particulier devraient se réunir rapidement pour voir comment nous pouvons dans un premier temps améliorer le système économique, les systèmes de distribution et comment nous pouvons promouvoir la nouvelle production de produits agricoles. »

Le secrétaire général des Nations unies a indiqué que la crise alimentaire sera à l'ordre du jour d'une réunion des responsables des agences spécialisées de l'ONU, de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international, qui aura lieu lundi et mardi prochain à Berne, en Suisse.

Des émeutes dites « de la faim » ont eu lieu dans de nombreux pays au cours des dernières semaines. Au Cameroun, 24 personnes sont mortes lors de manifestations populaires contre la cherté de la vie.

En Haïti, les protestations ont entraîné la chute du gouvernement.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters