•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La hache dans l'information

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2008 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le nouveau propriétaire de la chaîne de télévision, Remstar, procède à d'importantes compressions d'effectifs dans le service des nouvelles. Des stations régionales seront fermées progressivement. Les employés se mobilisent pour empêcher ce virage.

Le nouveau propriétaire de TQS, Remstar, décime les services de nouvelles de l'ensemble de ses stations dans le cadre de son plan de relance présenté mercredi matin à ses employés.

Selon des journalistes du Mouton noir de la télé, le réseau ne diffusera plus que deux bulletins de nouvelles en fin d'après-midi et en soirée à compter du 2 juin. À partir du 1er septembre, TQS ne diffusera plus de bulletins d'information. Au total, plus de 270 employés perdraient leur poste, sur un total d'environ 470 salariés syndiqués répartis dans les régions de Sherbrooke, Trois-Rivières, Saguenay, Québec et Montréal.

À Québec, la production de nouvelles sera amputée de 75 % dès le premier juin. Le bulletin de nouvelles d'une heure sera ramené à une demi-heure. L'information régionale sera complètement éliminée en septembre. TQS, dans la capitale, emploie actuellement une cinquantaine de personnes.

À Saguenay, le service commercial sera supprimé le 1er juin et la salle de rédaction subira le même sort trois mois plus tard, soit le 1er septembre. Il ne susbistera que trois emplois à l'automne sur la quarantaine que compte la station.

À Sherbrooke, 30 postes sont abolis, tandis qu'à Trois-Rivières, 16 personnes perdent leur emploi.

À Montréal, c'est 40 % des employés qui seront remerciés. La salle de rédaction montréalaise ne produirait plus qu'un seul bulletin de nouvelles par jour, soit celui de 22 h. L'émission d'information matinale Caféine sera également éliminée.

La direction de TQS devra demander au Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) de modifier sa licence.

Les employés se mobilisent

Les employés, qui sont sous le choc, n'ont pas l'intention de baisser les bras. Une manifestation spontanée a été organisée au centre-ville de Québec pour dénoncer les coupures.

Les employés de la station de Québec se sont rendus devant l'édifice du Parlement, munis de drapeaux et de pancartes. Ils ont déjà reçu plusieurs appuis. Des collègues des autres médias ainsi que des élus se sont joints à la manifestation.

Le syndicat des travailleurs entend par ailleurs se présenter devant le CRTC pour tenter d'empêcher le virage que compte entreprendre Remstar.

Le président du syndicat de TQS à Québec, Éric Lévesque, estime que la survie de TQS n'est pas la seule en jeu. Il croit que d'autres stations pourraient être tentées de faire de même. « L'offre en information à la télé, elle n'est pas si variée que ça et la journée qu'on n'en fait plus de nouvelles à TQS, ça se peux-tu qu'il y en ait d'autres quelque part qui vont décider aussi qu'ils vont diminuer l'offre en nouvelles? », soulève M. Lévesque.

Le maire de Québec, Régis Labeaume, s'est rendu à la station de TQS à Québec. Il a promis aux employés d'intervenir et de plaider devant le CRTC la cause du droit des régions à une information de qualité. « La Ville de Québec va se mettre à l'ouvrage et se demander comment elle peut contester légalement cette décision-là. On va mettre le contentieux de la Ville là-dessus », a-t-il fait savoir.

Un peu plus tôt, le président de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ), François Bourque, a lancé un appel. « J'espère que ce qui se passe aujourd'hui va servir un peu d'électrochoc pour les élus, les autorités politiques. Qu'on prenne conscience que c'est collectivement qu'on recule lorsqu'on laisse fermer des salles de nouvelles comme on s'apprête à la faire. »

Cadres remerciés

Remstar a amorcé des compressions mardi, en annonçant l'abolition du poste de vice-président à l'information qu'occupait Réal Germain. De plus, Serge Bellerose, qui était au comité de relance, devient président intérimaire en remplacement de René Guimond, qui a quitté ses fonctions le 11 avril dernier.

À Québec, trois cadres ont été congédiés, dont le directeur de la station, Renaud Francoeur. La directrice de la production commerciale Nathalie Fleury et le directeur des ventes, Joël Godin, ont aussi été remerciés.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.