•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Brenda Martin reconnue coupable

Radio-Canada

La Canadienne emprisonnée au Mexique est reconnue coupable de fraude et de blanchiment d'argent par un juge mexicain.

Après deux ans d'emprisonnement au Mexique, le verdict est tombé dans l'affaire Brenda Martin. La Canadienne de 51 ans vient d'être déclarée coupable de fraude et de blanchiment d'argent par un juge mexicain.

Le juge soutient que Mme Martin savait d'où venait l'argent qu'elle a reçu de son ex-employeur et donc, qu'elle savait qu'il s'agissait d'argent provenant du crime.

Elle est condamnée à cinq ans de prison et à une amende de 35 800 pesos (un peu plus de 3500 $ canadiens). Brenda Martin peut maintenant interjeter appel du verdict, ce qui ouvrirait la porte à la poursuite des procédures au Mexique. Si elle renonce à l'appel, il est possible que le gouvernement canadien obtienne le transfert de Mme Martin pour qu'elle purge sa peine au pays. Compte tenu des deux années passées derrière les barreaux au Mexique, Mme Martin pourrait recouvrer la liberté rapidement après son retour au pays.

En entrevue à Newsworld, l'avocat Guillermo Cruz Rico, qui défendait Mme Martin, a déclaré qu'il s'agit d'une « parodie de justice ». Il ajoute que sa cliente a accueilli le verdict avec des larmes et des cris, avant d'obtenir une assistance médicale.

La mère de Brenda Martin a réagi avec désespoir au verdict. En larmes, Marjorie Bletcher a déclaré craindre pour la santé de sa fille, déjà fortement perturbée par les événements. Mme Bletcher assure que Brenda Martin est injustement condamnée et croit que le verdict aurait été différent si elle avait eu les moyens de payer un bon avocat à sa fille.

Lors de sa brève comparution devant un juge le 14 avril, Mme Martin avait réaffirmé son innocence. Contrairement au Canada, où un accusé est innocent jusqu'à preuve du contraire, les accusés au Mexique doivent prouver qu'ils ne sont pas coupables.

Les autorités mexicaines ont accusé l'ancienne résidente de Trenton en Ontario d'avoir pris part à une fraude de 60 millions mise sur pied par son ancien patron Alyn Waage. La femme, qui était cuisinière, a toujours clamé son innocence, et sa version a été corroborée par Waage, qui purge une peine de 10 ans en Caroline du Nord.

L'état de Brenda Martin s'est considérablement dégradé au cours des derniers mois. Le mois dernier, elle a été placée sous surveillance constante, car les autorités carcérales craignaient qu'elle tente de se suicider.

Retour inattendu

Au cours des dernières semaines, la publicité entourant cette affaire a eu un effet inattendu. Un homme de Colombie-Britannique, Tom Martin, a remarqué des traits familiers chez l'accusée. Quelques vérifications ont permis à M. Martin de constater que la détenue canadienne au Mexique était sa fille, qu'il n'a pas vue depuis la séparation de la famille il y a une cinquantaine d'années. M. Martin a communiqué avec Brenda Martin en prison et se montre ouvert à une rencontre dans un proche avenir. Mardi, M. Martin a réagit avec colère au verdict.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.