•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Retenir les étudiants étrangers

Radio-Canada

La ministre fédérale de l'Immigration annonce des mesures destinées à retenir les étudiants étrangers ayant effectué des études au Canada, en facilitant leur accès au marché du travail.

La ministre fédérale de l'Immigration et de la Citoyenneté, Diane Finley, a annoncé lundi des mesures visant la rétention des étudiants étrangers ayant effectué des études au Canada.

Ces dispositions visent en fait à faciliter à ces étudiants l'accès au marché du travail.

Au terme de leur formation collégiale ou universitaire au Canada, ils pourront désormais demander un permis de travail « sans égard au type d'emploi » et sans avoir reçu une promesse d'embauche au préalable.

De plus, la durée de ce permis de travail pourra être de trois ans, au lieu d'un maximum de deux ans, comme c'est le cas présentement.

« Les modifications annoncées contribueront à créer un bassin de candidats qui, grâce à l'expérience de travail qu'ils [les étudiants étrangers] auront acquise, pourront immigrer plus facilement au Canada », a déclaré la ministre Finley.

Elle a ajouté que « notre capacité à garder les étudiants étrangers ayant obtenu un diplôme et acquis une expérience de travail au Canada et s'étant familiarisés avec la société canadienne, nous permettra d'accroître notre compétitivité, ce qui profitera à l'ensemble du Canada ».

Le Canada, une destination convoitée

Selon le ministère de l'Immigration, plus de 63 000 étudiants étrangers ont fréquenté un collège ou une université canadienne en 2007, soit une augmentation de 4,6 % par rapport à 2006.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.