•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Appel au clergé américain

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2008 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le pape Benoît XVI a lancé un appel à un temps de purification pour le clergé, encore secoué par le scandale des prêtres pédophiles, dans son homélie à la cathédrale St-Patrick de New York, devant un parterre composé de religieux.

Le pape Benoît XVI a célébré samedi une messe à la cathédrale St-Patrick devant un parterre composé de membres du clergé, dont l'archevêque de New York, Mgr Edward Egan.

Prêtres, religieux et religieuses ont accueilli dans l'enthousiasme le souverain pontife, les signes de croix, discrets, se mêlant aux applaudissements saluant son arrivée.

Dans son homélie, dont le propos s'adressait au clergé américain, le souverain pontife a convenu que le désintérêt des fidèles que connaît l'Église est peut-être dû à l'accent mis sur l'institution, plutôt que sur l'enthousiasme pour la foi.

Benoît XVI a par ailleurs déploré l'oubli de Dieu, qui se traduirait parfois par celui de la plus élémentaire morale chrétienne.

Il a alors appelé à un temps de purification au sein des communautés religieuses, une façon diplomatique d'aborder le scandale des prêtres pédophiles, ajoutant que tous, au sein de l'Église, devaient collaborer à le résoudre.

C'est la cinquième fois, depuis le début de son voyage aux États-Unis, que le pape affronte ce dossier dévastateur pour l'Église américaine. Le scandale concerne quelque 5000 prêtres qui ont agressé sexuellement environ 14 000 enfants et adolescents sur plusieurs décennies.

Jeudi soir, à Washington, le pape a rencontré un petit groupe de personnes qui ont été victimes d'agressions sexuelles par des prêtres durant leur enfance, un geste que ni Benoît XVI ni son prédécesseur Jean-Paul II n'avait encore posé.

Des centaines de personnes s'étaient auparavant rassemblées sur le parvis de la cathédrale, où le maire de New York, Michael Bloomberg, de confession juive, a reçu le pape.

En après-midi samedi, le pape a remonté la 5e avenue dans la papemobile. Des milliers de fidèles étaient massés le long du parcours. Il s'est rendu par la suite dans un important séminaire de la ville pour y rencontrer des centaines d'aspirants à la prêtrise.

Le souverain pontife terminera dimanche son séjour de près d'une semaine en sol américain en se rendant à Ground Zero, site des attentats du 11 septembre 2001. Il célébrera par ailleurs une grande messe publique au Yankee Stadium.

La politique de la main tendue

Le pape Benoît XVI s'est rendu vendredi à la synagogue de l'East Park, à New York, première visite d'un chef de l'Église catholique dans une synagogue d'Amérique.

« C'est avec joie que je viens ici, quelques heures avant la célébration de votre Pessah, pour exprimer mon respect et mon estime à la communauté juive de New York », a dit à l'assemblée le souverain pontife, saluant les efforts du rabbin Arthur Schneier pour encourager le dialogue interreligieux.

« Notre présence côte à côte signifie que le dialogue interreligieux est possible et vital à la résolution des conflits », a répondu le rabbin. « Votre message de conciliation a d'ores et déjà retenti à travers le monde. Votre présence ici nous donne l'espoir et le courage pour le chemin qu'il nous reste à faire ensemble ».

Plus tôt dans la journée, Benoît XVI a plaidé pour les droits de la personne dans le monde lors d'un discours à l'Assemblée générale des Nations unies.

Avec les informations de Agence France-Presse, Associated Press, et Reuters

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.