•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le dalaï-lama, la Chine et Hitler

Radio-Canada

Profitant d'une rencontre avec le leader spirituel des Tibétains en compagnie d'autres parlementaires canadiens, le député conservateur Rob Anders accuse la Chine d'avoir le pire bilan en terme de respect des droits de la personne, dressant un parrallèle avec les Jeux olympiques de 1936.

Un groupe de parlementaires canadiens s'est entretenu avec le dalaï-lama, vendredi, à Ann Arbor, au Michigan.

La rencontre privée a duré 45 minutes, soit plus longtemps que prévu. Après l'entretien, le leader spirituel des Tibétains s'est dit très touché par l'appui reçu des Canadiens en cette période difficile.

Selon lui, depuis le début des manifestations au Tibet, il y a un mois, au moins 400 personnes ont été tuées et des milliers d'autres arrêtées. Il déplore que les armes l'emportent maintenant sur la raison.

Une inquiétude qu'ont sentie les députés et sénateurs canadiens. « Notre dalaï-lama est triste, hein? Il se demande ce qui va se passer après les Jeux olympiques si la Chine ne le reconnaît pas », a dit la députée bloquiste Diane Bourgeois.

De son côté, l'ambassadeur de Chine à Ottawa a réagi à cette rencontre en affirmant qu'elle nuira aux relations sino-canadiennes.

La Chine montrée du doigt

À la veille de cette rencontre, le député conservateur Rob Anders a profité de l'événement pour critiquer la Chine. Il a accusé Pékin de détenir le pire bilan de la planète en terme de respect des droits de la personne. Il compare même les Jeux olympiques de Pékin à ceux de Berlin en 1936, qui se sont déroulés pendant le régime nazi d'Adolf Hitler.

« La Chine emploie des voyous pour protéger la flamme olympique sur son parcours. C'est de la pure propagande », a-t-il ajouté vendredi.

Les libéraux ont condamné ces commentaires. Le député Bob Rae a indiqué que les propos de M. Anders envoyaient un message négatif et envenimeront les relations, déjà tendues, avec la Chine.

Le gouvernement a répliqué en indiquant que le député albertain avait exprimé son opinion personnelle.

Avec les informations de La Presse canadienne

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.