•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les syndiqués défient les autorités

Radio-Canada

Les employés de l'usine de Vallée-Jonction votent à 78 % en faveur d'une grève illégale. Plus tôt, la Commission des relations de travail du Québec avait ordonné leur retour au travail après un débrayage spontané pour contester le congédiement d'un des leurs.

Les choses se bousculent à l'usine Olymel de Vallée-Jonction, en Beauce. Vendredi soir, les quelque 500 employés présents ont voté à 78 % en faveur d'une grève illégale qui sera déclenchée dès lundi matin.

Les syndiqués sont donc allés à l'encontre de leur exécutif, qui recommandait un retour au travail après leur débrayage déclenché dans la journée.

Tout juste auparavant, la Commission des relations de travail du Québec avait déclaré illégale la grève spontanée des travailleurs entreprise vendredi. La Commission leur a ordonné de retourner au travail, car leur grève s'est faite en violation des dispositions du Code du travail et de la convention collective applicable.

Les employés du secteur de la découpe ont abandonné leur poste pour contester la décision de l'employeur, qui avait suspendu un des leurs jusqu'à lundi matin. La production est interrompue depuis ce temps.

Le 13 février 2007, les 1100 travailleurs d'Olymel ont accepté à 62 % une convention collective de 7 ans après avoir massivement rejeté les offres patronales à 4 reprises. Depuis, plusieurs employés ont quitté leur emploi et les relations de travail sont toujours tendues.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.